Mesurer l'évolution des comportements

Santé publique France pilote plusieurs dispositifs d’enquêtes auprès de la population générale ou de publics spécifiques. Ces enquêtes sont des outils d’aide à la décision des politiques publiques de santé.

Mis à jour le 15 juillet 2019

Les enquêtes en population générale : Le Baromètre santé

Santé publique France mène, en partenariat avec de nombreux acteurs de santé, une série d’enquêtes appelées « Baromètre santé », qui abordent les différents comportements et attitudes de santé des Français. Ces enquêtes ont pour objectifs de mieux connaître et comprendre les attitudes et les comportements de santé de la population.

Le Baromètre santé 2016 était le huitième exercice de ce vaste dispositif ; il a porté plus spécifiquement sur les thématiques liées à la santé sexuelles et aux maladies infectieuses. Le recueil des données a été confié à l’institut de sondage Ipsos ; il s’est déroulé du 8 janvier au 1er août 2016 en France métropolitaine, auprès de 15 216 personnes âgées de 15 à 75 ans. Les numéros de téléphone, fixe et mobile, ont été générés aléatoirement à partir des racines attribuées par l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) afin notamment d'obtenir les numéros de ménages absents des annuaires téléphoniques. Pour être éligible, un ménage devait comporter au moins une personne âgée de 15 à 75 ans parlant le français. La sélection du répondant s’effectuait par tirage au sort au sein des membres éligibles d’un ménage sur téléphone fixe et au sein des utilisateurs réguliers du téléphone mobile sur mobile. La passation du questionnaire a duré 37 minutes en moyenne.

Suivi des comportements sexuels et préventifs des minorités sexuelles et plus particulièrement des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes

Santé publique France coordonne plusieurs dispositifs d’enquêtes réalisés auprès des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) afin d’améliorer la compréhension de la dynamique de l’épidémie à VIH et des autres infections sexuellement transmissibles, au regard notamment des facteurs sociodémographiques, des modes de vie, des trajectoires sexuelles et des comportements à risque.

Depuis 1985, l’enquête Presse-Gays recueille des données sur les modes de vie, les pratiques sexuelles et préventives des HSH, les pratiques de dépistage du VIH et des IST, sur la base du volontariat. Initialement diffusé par la presse gay, le questionnaire auto-administré et anonyme, est depuis 2004 également disponible sur internet via des sites d’information ou de rencontre gay. La dernière édition de l’enquête, rebaptisée Enquête Presse Gays et Lesbiennes, s’est déroulée en 2011 et proposait pour la première fois un questionnaire dédié aux Femmes ayant des rapports Sexuels avec des Femmes (FSF) diffusé via les sites internet affinitaires. Au total, 10 587 HSH et 3 662 FSF ont participé.

En 2009, la première enquête de séroprévalence pour le VIH auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) fréquentant des lieux de convivialité gay (bars, backrooms et saunas) parisiens est initiée par l’InVS. En 2015, Prévagay est renouvelée dans les lieux de convivialité gay de cinq villes : Lille, Lyon, Nice, Montpellier et Paris. Cette enquête associe le recueil d’un prélèvement sanguin sur papier buvard et de données comportementales via un questionnaire anonyme auto-administré sur tablette. Lors de cette dernière édition, 2 646 HSH, fréquentant les 61 lieux de convivialité investigués, ont participé.

Pour la première fois en 2010, l’enquête EMIS (European MSM Internet Survey) sur les comportements des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH) a été entreprise à l’échelle européenne. Le recrutement a été réalisé via un questionnaire auto-administré anonyme en ligne accessible à partir de bannières placées sur les sites gays les plus fréquentés en Europe. Cette enquête a été renouvelée d’octobre 2017 à janvier 2018 dans 50 pays dont la France. Plus de 10 000 HSH résidant en France ont participé à cette dernière édition.

Dans l’objectif d’évaluer l’appropriation des différentes méthodes de prévention par les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH) l’Enquête Rapport au Sexe (ERAS) a été initiée par Santé publique France en 2017 avec le soutien de l’agence nationale de lutte contre le VIH (ANRS). Il s’agit d’une enquête basée sur le volontariat, diffusant un questionnaire auto-administré via les sites de rencontre gay sur internet, les applications de rencontres géolocalisées et les réseaux sociaux. La première édition s’est déroulée de février à mars 2017, 18 000 HSH y ont répondu. En 2019, une deuxième édition a permis de recruter plus de 24 000 HSH.

Évaluation des comportements sexuels et préventifs des populations afro-caribéennes vivant en Île-de-France

L’AfroBaromètre est le dispositif d’enquêtes qui permet de suivre l’évolution des comportements des populations afro-caribéennes vivant en Île-de-France. Ces enquêtes sont réalisées en partenariat avec l’association Afrique Avenir. La première édition eu lieu en 2011 dans des discothèques, salons de coiffure et salles de fêtes majoritairement fréquentées par ces populations. Plus 4 000 questionnaires avaient été recueillis entre le 1er août et le 15 novembre 2011.

La deuxième édition de l’AfroBaromètre a eu lieu en 2016. Elle avait pour objectif de décrire les comportements sexuels et préventifs des populations afro-caribéennes vivant en Île-de-France et de mesurer les prévalences observées des infections VIH et VHB dans ces populations. Cette enquête transversale associant auto-prélèvement sanguin sur papier buvard et questionnaire auto-administré sur tablette informatique a été menée entre mai et juin auprès de 1 283 personnes dans 33 lieux communautaires où intervient habituellement l’association Afrique Avenir : en milieu ouvert (sorties de gare/métro, marchés) ou fermé (discothèques, salles des fêtes, salons de coiffure, lieux de culte).

Santé publique France a également été impliquée dans l’enquête Parcours réalisée auprès des immigrés d’Afrique subsaharienne. Cette enquête a permis de retracer en 2012-2013 les trajectoires migratoires, sociales, administratives et de santé de ces immigrés. Plus qu’une recherche en santé publique, Parcours est une étude sur l’immigration en provenance de cette région du monde, une immigration marquée par des années de fragilité administrative et d’insécurité au quotidien. Elle met au jour les facteurs structurels qui pèsent, souvent de façon durable, sur l’installation des immigrés en France et accroissent leurs risques d’être infectés par le VIH une fois sur place. Elle montre aussi l’importance des dispositifs qui mettent en œuvre le principe d’universalité de l’accès aux soins (AME, PASS, associations humanitaires) et la nécessité de les garantir.