Impact sur la santé humaine de la pollution des sols du secteur industriel Noyelles-Godault et Auby. Synthèse

Publié le 1 Janvier 2000
Mis à jour le 11 septembre 2019

Le plomb qui se trouve aujourd'hui dans l'air, les sols, l'eau, les aliments et les poussières provient essentiellement des activités humaines passées et présentes. L'exposition de la population au plomb se fait par voies multiples : inhalation d'air, ingestion de poussières déposées sur les sols, ingestion d'aliments ou d'eau contenant du plomb. D'autre part, la présence de fonderies de métaux non ferreux ou celle d'industries d'extraction de minerais cadmifères peut entraîner une contamination des sols en cadmium très marquée et ilest bien établi que le cadmium est facilement transféré du sol au végétal. Dans le secteur étudié, deux usines de production de métaux non-ferreux plus que centenaires ont engendré une pollution des sols par le plomb et le cadmium. Ces deux usines sont distantes d'environ 3,5 km l'une de l'autre et situées sur deux départements : le Nord et le Pas de Calais. Le secteur concerné compte environ 60 000 habitants répartis également sur les deux départements. L'usine située sur la commune d'Auby (Nord) produit du zinc et l'usine de Noyelles-Godault (Pas de Calais) produit essentiellement du plomb et du zinc. Les différents procédés thermiques utilisés pour la production de zinc et de plomb ont engendré des émissions importantes de métaux lourds qui se sont déposés sur les sols environnants. Il s'agit essentiellement aujourd'hui d'une pollution historique, les rejets atmosphériques et aquatiques ayant nettement baissé au cours de ces deux dernières décennies. Néanmoins, ils restent constants depuis quelques années. A l'usine de Noyelles-Godault (MetalEurop), en dehors du point de rejet principal de l'usine, les autres rejets filtrés et surtout les rejets non filtrés présentent encore des flux de pollution significatifs. Le changement de procédé de fabrication qui permettrait de diminuer de manière radicale les rejets semble difficile à mettre en oeuvre, il a donc été proposé dans le cadre d'un projet d'arrêté préfectoral complémentaire un certain nombre de mesures destinées à réduire au maximum les rejets liés à l'organisation du travail (transports, nettoyage, stockage, mise en terril,¿) et notamment les réenvols.La modification en 1975 du procédé de fabrication à l'usine d'Auby (Union Minière) a permis de tarir les rejets de plomb et de cadmium dans l'air. Reste le problème des rejets de cadmium dans l'eau qui doit être réexaminé. Les teneurs dans les sédiments prélevés dans le canal de la Deûle ont diminué fortement depuis 1982 mais restent élevés surtout à proximité des usines. Pour l'instant, nous ne connaissons pas les conséquences de ces teneurs élevées sur le milieu aquatique, la diffusion le long des voies d'eau, et s'il existe des solutions pour réduire cette pollution. (R.A.)

Auteur : Ilef D, Guitard C, Barbigant G, Prouvost H, Frery N, Bailly C, Therouanne M, Leclercq M, Chevrel M, Modrzejewski F, Drouet P, Caillierez M, Veron C, Bertrand M, Cazin P, Rozo C, Cuvelier O, Caron A, Declercq C, Mathieu Nolf M, Cezard C, de Vathaire F, Dondon MG
Année de publication : 2000