La nécessaire complémentarité des approches environnementales et sanitaires dans la gestion des sols pollués : l'exemple de Saint-Laurent-Le-Minier

Publié le 1 Juillet 2011
Mis à jour le 5 juillet 2019

La politique relative à la gestion des sols pollués mise en place avec la circulaire du 8 février 2007 met en avant la nécessité d'approcher les situations de pollution des sols d'un point de vue environnemental et sanitaire. Le site pilote de Saint-Laurent-le-Minier (Gard) a été l'occasion d'illustrer la mise en uvre et l'importance d'une telle nécessité pour l'optimisation des mesures de gestion environnementale et d'accompagnement sanitaire des populations. Cette commune a connu par le passé des activités minières d'extraction et de traitement de minerai Pb/Zn, et se caractérise par des sols au fond géochimique élevé en élément traces, notamment en surface. Parallèlement, un dépistage du saturnisme a révélé des concentrations élevées de plomb dans le sang d'enfants de la commune. Cette double évaluation indépendante a conduit à une première série de mesures de gestion environnementale et sanitaire mises en uvre également de manière indépendante. Il s'agissait d'interdictions lourdes, tant pour l'intérêt communal que particulier, demandant une analyse de la pertinence du maintien de ces mesures et une réflexion sur le suivi sanitaire des populations. La combinaison des expertises environnementale et sanitaire a alors été proposée tant dans l'évaluation que dans la gestion du risque. Cette imbrication des approches met en avant leur complémentarité pour améliorer la compréhension des expositions et l'adaptation des mesures permettant de les réduire. La notion d'exposition est au carrefour des enjeux environnementaux et sanitaires.

Auteur : Dor F, Denys S
Environnement risques & santé, 2011, vol. 10, n°. 4, p. 323-30