L'évaluation de l'impact sanitaire de la pollution atmosphérique, un outil au service des politiques publiques : bilan des pratiques et perspectives de développement. Principales conclusions et pistes de travail issues de la première journée d'échanges Aasqa-Cire organisée par l'InVS le 4 octobre 2011

Publié le 1 Janvier 2012
Mis à jour le 9 septembre 2019

Le Programme de surveillance air et santé (Psas) coordonné par l'Institut de veille sanitaire (InVS), établissement public placé sous la tutelle du ministère chargé de la Santé, a été initié en 1997, avec pour objectif de caractériser les risques sanitaires associés à l'exposition à la pollution atmosphérique de la population française. Le Psas se fonde sur un réseau constitué par des épidémiologistes de l'InVS appartenant au Département santé environnement (DSE) et aux Cellules interrégionales d'épidémiologie (Cire) situées en région, des Observatoires régionaux de santé (ORS) et les Associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (Aasqa). Depuis sa création, le programme collabore étroitement avec les Aasqa principalement sur : - la caractérisation des expositions à la pollution atmosphérique dans le cadre d'études épidémiologiques portant sur les effets sanitaires à court et long termes ; - l'évaluation rapide de l'impact sanitaire en lien avec l'augmentation des niveaux de pollution atmosphérique lors d'alertes provoquées par des événements particuliers (exemples récents : le nuage de cendres suite à l'éruption du volcan islandais Eyjafjöll en avril 2010, les feux de forêts à Marseille en juillet 2009) avec la mise en place de collaborations à l'échelle locale ou nationale ; - la communication autour des risques sanitaires liés à la pollution de l'air ; - des échanges de connaissances générales notamment via des participations à des expertises communes. (R.A)

Auteur : Pascal M, Ung A, Lefranc A, Declercq C
Année de publication : 2012
Pages : 4 p.