Evaluation de l'imprégnation saturnine des enfants exposés aux polluants émis par l'usine TPC à Seurre

Publié le 1 Juillet 1999
Mis à jour le 10 septembre 2019

La société T.PC., située à Seurre, utilise différents métaux pour la fabrication de composants électroniques. A moins de 150 m et sous le vent par rapport à l'usine, se trouvent une halte garderie et un groupe scolaire. Dans le cadre de la vente de cette entreprise, un audit environnemental a mis en évidence, dans les environs du site, une pollution par des métaux de la partie superficielle du sol, notamment par du plomb. L'institut de Veille Sanitaire a réalisé un bilan des données environnementales et sanitaires disponibles et recommandé une évaluation de l'imprégnation saturnine de l'ensemble des enfants fréquentant la zone d'exposition. Une étude a été mise en place à la demande du Préfet avec les objectifs suivants : 1) repérer les enfants nécessitant du fait de leur exposition au plomb, une surveillance biologique, des mesures de réduction de l'exposition et un traitement médical , 2) rechercher les facteurs de risques contribuant à l'exposition au plomb, 3) en déduire des recommandations pour réduire l'exposition individuelle et collective et les études complémentaires à mener en direction d'autres populations. Une enquête transversale a été menée auprès des enfants répondant aux critères suivants - né avant le 1er juillet 1998 et fréquentant régulièrement la halte garderie ou le complexe scolaire ; - né entre le 1er janvier 1988 et le 1er juillet 1998 et résidant dans le périmètre d'étude. Un questionnaire a permis de recueillir des variables concernant les facteurs individuels susceptibles d'influer sur la plombémie et des variables visant à décrire les différents facteurs de risque étudiés (exposition aux milieux pouvant être contaminés par l'usine, aux milieux pouvant être contaminés en plomb par d'autres sources de pollution). La plombémie a été dosée sur un prélèvement do sang veineux. Sur 354 enfants inclus dans l'enquête, 297 (84 %) ont bénéficié d'un dosage de leur plombémie. Les résultats de plombémie ainsi que des recommandations portant sur la surveillance et le suivi médical ont été transmis aux parents et au médecin traitant. 223 enfants (75 %) ont une plombémie inférieure à 70 ug/l, 74 enfants (25 %) ont une plombémie égale ou supérieure à 70 ug/I, 24 (8 %) à 100 ug/l et 1 (0,3 %) à 150 ug/I. Une étude de portée nationale a déterminé que la plombémie moyenne des enfants âgés de 1 à 6 ans s'établissait, après ajustement, à 42,5 ug/l pour la région Bourgogne. Dans la présente enquête, la plombémie moyenne ajustée est de 31,4 ug/l chez les enfants du même âge. L'association entre la plombémie et chacun des facteurs de risque a été étudiée. L'analyse multifactorielle a montré que l'âge, le sexe masculin et la durée moyenne de fréquentation de la halte garderie et du groupe scolaire contribuent à augmenter la plombémie. Les recommandations suivantes sont formulées - il convient de promouvoir la surveillance biologique des enfants dont la plombémie excède 100 ug/l, et le contrôle de cette dernière quand elle est comprise entre 70 et 100 ug/l, - à la suite des actions de réduction de l'exposition déjà été entreprises, la surveillance continue des émissions de l'usine permettra de s'assurer qu'elles n'entraînent pas d'exposition significative pour la population de la zone. (R.A.)

Auteur : Ledrans M
Année de publication : 1999
Pages : 46 p.;annexes