Pollution liée au tabac de l'air des terrasses et de l'intérieur de cafés et restaurants en France en 2008.

Publié le 31 Mai 2011
Mis à jour le 10 septembre 2019

Depuis les interdictions de fumer dans les lieux à usage collectif de 2007 et 2008, les terrasses des cafés et restaurants se sont multipliées et sont de plus en plus souvent cloisonnées, notamment en hiver. L'association " Les Droits des non-fumeurs " a réalisé des mesures de pollution de l'air par les particules fines et le monoxyde de carbone (CO) sur 111 terrasses de cafés ou de restaurants et à l'intérieur de ces mêmes établissements, dans huit villes en France en 2008. Les taux de CO mesurés restent faibles dans l'ensemble des lieux testés, à l'exception des bars à chicha. La pollution particulaire aux terrasses varie de 5 000 particules par cm3 (soit 5 kpt/cm3) à 164 kpt/cm3, avec une moyenne à 58,7 kpt/cm3 si la terrasse accueille des fumeurs et 15,3 kpt/cm3 si elle n'en accueille pas. À l'intérieur des établissements, la pollution est quasi-identique, bien que l'interdiction de fumer ait été respectée lors de nos mesures : 22,7 kpt/cm3 si la terrasse est non-fumeurs et 60,0 kpt/cm3 si elle accueille au moins un fumeur. Ces mesures permettent de déterminer que la configuration de la terrasse - à l'air libre (30,8 kpt/cm3), seulement couverte (55,4 kpt/cm3), ou couverte et close par des cloisons verticales (113,6 kpt/cm3) - influence fortement la quantité de polluants dans l'air ambiant, tant sur la terrasse qu'à l'intérieur de l'établissement. (R.A.)

Auteur : Brunner E
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2011, n°. 20-21, p. 241-4