Impact sanitaire des expositions de courte durée à la pollution atmosphérique urbaine dans le nord-ouest de la France

Publié le 1 Juillet 2002
Mis à jour le 11 septembre 2019

Contexte : La loi sur l'Air prévoit des plans régionaux pour la qualité de l'air. Ceux-ci doivent comporter une évaluation des effets de la pollution atmosphérique sur la santé en vue de proposer des objectifs de qualité d'air. L'objectif de ce travail est d'évaluer l'impact sanitaire des expositions de courte durée à la pollution atmosphérique dans les agglomérations de Caen, Nantes et Rennes. Matériel et méthode : Une démarche d'évaluation d'impact sanitaire (EIS) a été mise en ¿uvre. L'impact sanitaire est calculé à partir de la proportion de cas attribuables pour les décès et les admissions hospitalières. L'exposition de la population est estimée au moyen de capteurs de réseaux de surveillance de la qualité de l'air. Le risque relatif est modélisé par des relations exposition-risque établies dans des études épidémiologiques temporelles réalisées en population générale. Résultats : Dans ces trois agglomérations, les expositions actuelles sont associées annuellement à 77 (IC 95 % : 37-126) décès anticipés et à 108 (IC 95 % : 42-184) hospitalisations pour une population de 650 000 habitants. Une réduction de 25 % des niveaux de pollution se serait accompagnée, sur la période d'étude, d'une réduction de 40 % de la mortalité anticipée attribuable à la pollution. En considérant l'indicateur O3, il est montré que les niveaux supérieurs à 120 mug/m3 ne sont responsables, selon l'agglomération, que de 5 à 11 % de l'impact sur la mortalité anticipée. L'impact sanitaire est d'avantage lié aux niveaux de pollution chronique qu'aux " pics " de pollution. Discussion : Ces résultats témoignent de l'impact collectif non négligeable de la pollution atmosphérique urbaine, même pour des niveaux modérés de pollution. Les simulations de réduction de pollution effectuées témoignent du peu d'efficacité d'une stratégie de réduction des risques qui ne serait fondée que sur le contrôle des pics de pollution. Les progrès récents dans la surveillance des polluants et dans la connaissance de leurs effets devraient désormais inciter à évaluer l'impact sanitaire à long terme, lié aux expositions longues, de la pollution urbaine.

Auteur : Glorennec P, Nourry L, Quenel P
Environnement risques & santé, 2002, vol. 1, n°. 3, p. 157-63