Analyse commentée. Pollution atmosphérique urbaine en lien avec la mortalité et l'incidence du cancer du poumon dans une cohorte de 6 209 Norvégiens suivis pendant 27 ans. Numéro thématique. Effets à long terme de la pollution atmosphérique : études européennes

Publié le 1 Septembre 2006
Mis à jour le 5 juillet 2019

Cet article est une analyse commentée des deux études suivantes : Nafstad P, Haheim LL, Wisloff T, Gram F, Oftedal B, Holme I, Hjermann I, Leren P. Urban air pollution and mortality in a cohort of Norwegian men. Environ Health Perspect. 2004 Apr;112(5):610-5. Nafstad P, Haheim LL, Oftedal B, Gram F, Holme I, Hjermann I, Leren P. Lung cancer and air pollution: a 27 year follow up of 16 209 Norwegian men. Thorax. 2003 Dec;58(12):1071-6. Si les effets à court terme de la pollution atmosphérique urbaine sont bien documentés, les effets à long terme le sont beaucoup moins, notamment en Europe. Cette étude analyse l'impact de la pollution urbaine en termes de mortalité totale et spécifique dans une seule ville à partir d'une cohorte d'hommes résidant à Oslo en Norvège, sur la période allant de 1974 à 1998. Le deuxième article s'intéresse plus particulièrement à l'incidence du cancer du poumon qui est une pathologie liée au tabagisme mais aussi à la pollution environnementale. La particularité de cette étude réside dans le fait que les données d'exposition utilisées ne sont pas des données agrégées comme c'était le cas dans les études de Pope et Dockery, mais des données estimées annuellement à l'adresse de résidence des participants par un système d'information géographique. (Extrait de l'article)

Auteur : Sanchez O, Kauffmann A, Pascal L
Extrapol. Epidémiologie et pollution atmosphérique. Analyse critique des publications internationales, 2006, n°. 29, p. 12-5