Analyse commentée. Influence d'un bas niveau de pollution particulaire de l'air sur les hospitalisations pour broncho-pneumopathie chronique chez les personnes âgées. Numéro thématique. Pollution atmosphérique et personnes âgées : estimation des risques

Publié le 1 Juin 2005
Mis à jour le 5 juillet 2019

Cet article est une analyse commentée de l'étude suivante : Chen Y, Yang Q, Krewski D, Shi Y, Burnett RT, McGrail K. Influence of relatively low level of particulate air pollution on hospitalization for COPD in elderly people. Inhal. Toxicol. 2004; 16:21-5. Son objectif était d'étudier la relation entre la pollution particulaire et les hospitalisations en urgence pour exacerbation de broncho-pneumopathie chronique (BPCO) chez les personnes âgées de plus de 65 ans, dans une ville, Vancouver, Canada, où les niveaux de pollution sont relativement bas. Cette étude n'apporte pas d'éléments nouveaux par rapport à ce qui est déjà connu. Elle met en effet en évidence une association entre pollution particulaire et hospitalisation pour exacerbation de bronchopneumopathie chronique, sans que l'on puisse pour autant individualiser les effets propres des particules des effets combinés du mélange atmosphérique.

Auteur : Le Bihan O, Delmas MC, Fuhrman C
Extrapol. Epidémiologie et pollution atmosphérique. Analyse critique des publications internationales, 2005, n°. 25, p. 7-8