Analyse commentée. Exposition à long terme à la pollution atmosphérique et résidence à proximité de routes à fort trafic sont associées à la bronchopneumopathie chronique obstructive chez les femmes. Numéro thématique. Effets à long terme de la pollution atmosphérique : études européennes

Publié le 1 Septembre 2006
Mis à jour le 5 juillet 2019

Cet article est une analyse commentée de l'étude suivante : Schikowski T, Sugiri D, Ranft U, Gehring U, Heinrich J, Wichmann HE, Kramer U. Long-term air pollution exposure and living close to busy roads are associated with COPD in women. Respir Res. 2005 Dec 22;6:152. L'objectif de cette étude est d'étudier l'association entre d'une part l'exposition à long terme à la pollution atmosphérique due au trafic automobile et d'autre part les symptômes respiratoires et la fonction pulmonaire (et plus particulièrement la broncho-pneumopathie chronique obstructive ou BPCO, définie par des mesures de fonction pulmonaire) chez les femmes âgées de 55 ans. Cette étude a l'avantage d'avoir un grand nombre de cas, ce qui lui confère une bonne puissance. Par ailleurs, la mesure de l'exposition individuelle par données SIG donne un caractère objectif. Il en est de même de la définition de BPCO établie à partir de paramètres respiratoires et non pas uniquement sur la base de symptômes rapportés dans un questionnaire. (Extraits de l'article)

Auteur : Elreedy S, Saison JY
Extrapol. Epidémiologie et pollution atmosphérique. Analyse critique des publications internationales, 2006, n°. 29, p. 42-4