Analyse commentée. Etude des liens entre les niveaux de pollution atmosphérique et le nombre de naissances prématurées par une analyse de séries temporelles, en Pennsylvanie, 1997-2001. Numéro thématique. Pollution atmosphérique et reproduction

Publié le 1 Juin 2006
Mis à jour le 5 juillet 2019

Cet article présente une analyse commentée d'une étude publiée dans la revue Environ Health Perspect 2005;113:602-606. Cette étude a pour objectif d'estimer la relation existant entre les niveaux de pollution atmosphérique couramment observés dans quatre comtés de Pennsylvanie et le nombre de naissances prématurées. La méthode repose sur l'analyse de séries temporelles qui permettra de quantifier des effets moyens et aigus de la pollution sur les risques de naissances prématurées. La période d'étude s'étend de 1997 à 2001 et les polluants considérés sont les particules en suspension d'un diamètre aérodynamique inférieur à 10 um (PM10) et le dioxyde de soufre (SO2). L'effet sanitaire des niveaux de polluants observés au cours des six semaines précédant la naissance ainsi que l'effet sanitaire des niveaux observés quelques jours avant la naissance ont été analysés. Cette étude semble inédite du fait de la méthode employée et de la quantité importante de données utilisées. Afin qu'elle soit originale, les auteurs auraient pu tester d'autres scénarios d'augmentation des niveaux de pollution atmosphérique et d'autres fenêtres de temps au lieu de se conformer à celles de la littérature existante. La réalisation d'autres études basées sur des analyses de séries temporelles devrait permettre de valider les résultats obtenus et d'approfondir les connaissances sur le sujet.

Auteur : Chardon B, Lozano P
Extrapol. Epidémiologie et pollution atmosphérique. Analyse critique des publications internationales, 2006, n°. 28, p. 22-4