Differential association between adherence to nutritional recommendations and body weight status across educational levels: a cross-sectional study

Publié le 1 Novembre 2013
Mis à jour le 9 septembre 2019

OBJECTIVE: the impact of diet quality and physical activity (PA) on weight might be different according to socioeconomic status. Our aim was to estimate associations between adherence to nutritional guidelines and BMI and the interaction with socioeconomic characteristics. METHODS: 11,931 men and 39,737 women from the NutriNet-Santé cohort (France, 2009-2012) included in cross-sectional analysis. The association between PNNS-GS (a score estimating adherence to French nutritional guidelines) and BMI was assessed by multivariate linear regression. A modified score (mPNNS-GS) separating diet quality from PA was also used. RESULTS: BMI, overweight and obesity displayed an inverse gradient from less to more educated groups, whereas PNNS-GS increased. A higher PNNS-GS was associated with a lower BMI, more importantly in the less educated: BMI decrease ranged from -1.1% in less educated to -0.7% in more educated men and from -0.6% to -0.3% in women. The effect of mPNNS-GS and PA in particular was also stronger among less educated subjects. CONCLUSION: overall, better adherence to nutritional recommendations was inversely associated with BMI, and this association was stronger in the less educated groups. This suggests that nutritional policies should still concentrate on promoting access to a healthier diet and PA, especially among less educated individuals. (R.A.) Traduction du résumé : L'impact de la qualité de l'alimentation et de l'activité physique (AP) sur le poids peut être différent selon le statut socio-économique. Notre objectif était d'évaluer les associations entre l'adhésion aux recommandations nutritionnelles et l'Indice de Masse Corporelle (IMC), et l'interaction avec les caractéristiques socio-économiques. Méthodes : 11 931 hommes et 39 737 femmes de la cohorte NutriNet -Santé (France, 2009-2012) ont été inclus dans cette analyse transversale. L'association entre le PNNS-GS (score qui estime l'adhésion des comportements aux recommandations nutritionnelles françaises) et l'IMC a été évaluée par régression linéaire multivariée. Un score modifié (mPNNS -GS) distinguant la qualité de l'alimentation de l'activité physique a également été utilisé. Résultats : l'IMC, le surpoids et l'obésité ont montré un gradient inverse des groupes les moins instruits aux groupes les plus instruits, alors que le PNNS-GS augmentait significativement entre ces groupes. Un PNNS -GS plus élevé était associée à un IMC plus faible, surtout chez les personnes moins instruites : la diminution de l'IMC variait de -1,1% chez les hommes moins instruits à -0,7 % chez les plus instruits, et de -0,6% à -0,3% chez les femmes, respectivement. L'association avec la corpulence du mPNNS -GS et de l'activité physique en particulier, était également plus forte chez les sujets les moins instruits. Conclusion : dans l'ensemble, des comportements conformes aux recommandations nutritionnelles étaient inversement associés à l'IMC, cette association étant plus forte dans les groupes les moins instruits. Ce constat suggère que les politiques nutritionnelles doivent se concentrer toujours plus sur la promotion de l'accès à une alimentation favorable à la santé et de l'activité physique, en particulier chez les personnes les moins instruites. (Traduction effectuée par la Cellule de Valorisation Editoriale - CeVE - de l'InVS)

Auteur : Lassale C, Galan P, Castetbon K, Peneau S, Mejean C, Hercberg S, Kesse Guyot E
Preventive medicine, 2013, n°. 5, p. 488-93