Pesticide exposure and depression among agricultural workers in France

Publié le 1 Octobre 2013
Mis à jour le 10 septembre 2019

Pesticides are ubiquitous neurotoxicants, and several lines of evidence suggest that exposure may be associated with depression. Epidemiologic evidence has focused largely on organophosphate exposures, while research on other pesticides is limited. We collected detailed pesticide use history from farmers recruited in 1998-2000 in France. Among 567 farmers aged 37-78 years, 83 (14.6%) self-reported treatment or hospitalization for depression. On the basis of the reported age at the first such instance, we used adjusted Cox proportional hazards models to estimate hazard ratios and 95% confidence intervals for depression (first treatment or hospitalization) by exposure to different pesticides. The hazard ratio for depression among those who used herbicides was 1.93 (95% confidence interval (CI): 0.95, 3.91); there was no association with insecticides or fungicides. Compared with nonusers, those who used herbicides for <19 years and e19 years (median for all herbicide users, 19 years) had hazard ratios of 1.51 (95% CI: 0.62, 3.67) and 2.31 (95% CI: 1.05, 5.10), respectively. Similar results were found for total hours of use. Results were stronger when adjusted for insecticides and fungicides. There is widespread use of herbicides by the general public, although likely at lower levels than in agriculture. Thus, determining whether similar associations are seen at lower levels of exposure should be explored. (R.A.) Traduction du résumé : Les pesticides sont des substances neurotoxiques largement répandues dans l'environnement et les résultats de plusieurs études suggèrent que l'exposition à ces substances pourrait être associée à la dépression. Les données épidémiologiques disponibles concernent principalement l'exposition aux organophosphorés et peu d'études ont étudié l'association avec d'autres pesticides. Dans le cadre de l'étude Terre, conduite en France entre 1998 et 2000, nous avons recueilli de façon détaillée les historiques d'utilisation de pesticides de 567 agriculteurs (exploitants et salariés agricoles). Parmi ces agriculteurs âgés de 37 à 78 ans, 83 (14,6 %) ont auto-déclaré avoir été traités ou hospitalisés pour une dépression. A partir de l'âge déclaré lors du premier évènement (traitement ou hospitalisation), nous avons utilisé un modèle à risque proportionnel (régression de Cox) pour estimer le risque relatif ajusté (et son intervalle de confiance à 95 %) de dépression associé à l'exposition à différents pesticides. Chez les personnes qui ont utilisé des herbicides, le risque de dépression était de 1,93 (IC à 95 % : 0,95, 3,91). Aucune association avec l'utilisation d'insecticides ou de fongicides n'a été retrouvée. Par rapport à ceux n'ayant pas utilisé d'herbicides, le risque de dépression était respectivement égal à 1,51 (IC 95% : 0,62, 3,67) parmi ceux ayant utilisé des herbicides moins de 19 ans (durée médiane d'utilisation) et de 2,31 (IC 95%: 1,05, 5,10) pour ceux ayant utilisé des herbicides 19 ans et plus. Des associations similaires ont été retrouvées avec le nombre total d'heures d'utilisation d'herbicides. De plus, les associations étaient plus marquées après ajustement sur l'utilisation d'insecticides et de fongicides. Même s'ils sont utilisés des niveaux probablement inférieurs à ceux de l'agriculture, les herbicides sont largement utilisés par le grand public. Ainsi, il serait utile d'étudier si des associations similaires existent à des niveaux d'exposition plus faibles. (Traduction effectuée par la Cellule de Valorisation Editoriale - CeVE - de l'InVS)

Auteur : Weisskopf MG, Moisan F, Tzourio C, Rathouz PJ, Elbaz A
American Journal of Epidemiology, 2013, n°. 7, p. 1051-8