Intoxications par le monoxyde de carbone en Île-de-France en 2010

Publié le 6 Mars 2012
Mis à jour le 9 septembre 2019

En Île-de-France, où les intoxications au monoxyde de carbone (CO) étaient parmi les plus fréquentes en 2008, une chaudière était à l'origine des deux tiers des épisodes d'intoxications et l'utilisation inappropriée de brasero ou de barbecue représenterait une intoxication sur dix. Cet article a pour objectif de préciser si ces caractéristiques des épisodes d'intoxication survenant en Île-de-France sont encore observées en 2010 et de décrire les personnes intoxiquées. De fréquence variable d'un département à l'autre, 284 épisodes ont été signalés en 2010. Survenant très fréquemment dans l'habitat (83,7 %), l'appareil en cause était alors le plus souvent une chaudière (65,6 %). Un dysfonctionnement de cet appareil était souvent identifié (31,0 %), mais une anomalie des conduits de raccordement ou d'évacuation des gaz de combustion était cependant très fréquente (69,0 %), cette anomalie étant éventuellement associée à un défaut d'aération de l'habitat (21,4 %). L'utilisation inadaptée de braseros ou de barbecues dans l'habitat a été à l'origine de 20 (10,4 %) épisodes d'intoxications, dont 11 signalés en Seine-Saint-Denis. Les formes sévères représentaient 8,3 % des 895 personnes intoxiquées et 7 décès ont été signalés. La fréquence stable et élevée des intoxications dont l'origine est une chaudière montre que l'entretien annuel de ces appareils et des conduits d'évacuation des gaz brûlés est indispensable. De plus, la sensibilisation d'une partie de la population au risque d'une utilisation détournée de braseros ou de barbecues est nécessaire. (R.A.)

Auteur : Carre N, Chataignier D, Delaunay C, Drouode M, Verrier A
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2012, n°. 10-11, p. 135-138