Évaluation de l'efficacité d'un modèle de détecteur CO pour la prévention des intoxications oxycarbonées domestiques

Publié le 1 December 2011
Mis à jour le 5 juillet 2019

Contexte : dans le Morbihan, 1 316 logements sociaux ont été équipés en 2003 avec des détecteurs CO d'une durée de vie annoncée de 10 ans. Le modèle, de type capteur à semiconducteur était annoncé conforme à la norme européenne (EN 50291). Méthodes : pour évaluer la fonctionnalité des détecteurs, une étude descriptive a été menée parmi les locataires et complétée par des essais en laboratoire réalisés sur des appareils neufs et des appareils démontés après quatre années de fonctionnement. Pendant les essais, les détecteurs étaient exposés à des gaz dont les concentrations en CO variaient de 33 à 330 parties par million (ppm). Pour chaque exposition, les délais avant alarme étaient comparés aux dispositions de la norme européenne. Résultats : parmi les foyers, 387 foyers ont été investigués, dont 19,5 % [16,5-22,9] rapportaient une alarme. L'acceptabilité des détecteurs était bonne, toutefois seulement 39,8 % [35,8-44,0] des locataires avaient lu le manuel d'utilisation et les réponses appropriées au déclenchement d'une alarme étaient mal connues. L'incidence des journées avec au minimum un déclenchement d'alarme était multipliée par un facteur supérieur à 8 entre 2004 et 2006. Des symptômes compatibles avec une intoxication oxycarbonée étaient rapportés pour 7,7 % [3,1-18,0] des journées avec alarme. Les circonstances des alarmes étaient partiellement cohérentes avec les sources connues de CO et une situation dangereuse a été détectée. Aucun des détecteurs neufs n'était conforme à la norme européenne. Les résultats des essais suggéraient une rapide dérive des capteurs à l'origine de déclenchements pour des expositions faibles ainsi qu'une saturation des capteurs pouvant expliquer des absences de déclenchement de l'alarme. Ces absences d'alarme étaient observées pour 18,3 % des tests après quatre ans de fonctionnement. Conclusions : évaluer les performances des détecteurs, avant toute commercialisation, pourrait être utile en termes de santé publique. L'information des occupants concernant le bon usage de leur détecteur CO mérite également une attention particulière. (R.A.)

Auteur : Guillois Becel Y, Tron I, Le Strat Y, Gagniere B, Verrier A, Gourier Frery C, Briand A
Environnement risques & santé, 2011, vol. 10, n°. 6, p. 477-84