Analyse commentée. Pollution de l'air et poids de naissance d'enfants nés à terme en Californie. Numéro thématique. Pollution atmosphérique et reproduction

Publié le 1 Juin 2006
Mis à jour le 5 juillet 2019

Cet article est une analyse commentée d'une étude publiée dans la revue Pediatrics 2005;115(1):121-128. Il existe un intérêt croissant concernant le rôle des facteurs environnementaux sur la grossesse et son issue. Les résultats de plusieurs travaux épidémiologiques suggèrent que l'exposition de la mère aux polluants de l'air pendant la grossesse pourrait avoir un impact sur la grossesse, en particulier en augmentant le risque de malformations congénitales, de faible poids de naissance (< 2 500 g) et de prématurité. L'objectif de ce travail était d'analyser les relations entre les données de surveillance des concentrations atmosphériques de PM2,5 et de monoxyde de carbone et l'issue de la grossesse, en particulier le faible poids pour l'âge gestationnel, à partir des données des certificats de naissance de plus de 18 000 enfants nés en 2000 en Californie. Les indicateurs d'exposition ont été construits sur plusieurs périodes dans le but d'identifier une éventuelle période critique d'exposition. L'analyse a été limitée aux naissances uniques à 40 semaines de grossesse afin d'une part, de calculer l'exposition de la mère sur des périodes de durée identique pour toutes les naissances et d'autre part, d'examiner spécifiquement l'impact des polluants sur la croissance intra-utérine, en faisant abstraction de l'effet de la durée de la grossesse sur le poids de naissance. Cette étude, qui porte sur un effectif important de naissances, conforte les résultats d'autres travaux suggérant que l'exposition aux polluants de l'atmosphère urbaine a un impact significatif sur la croissance intrautérine, même si l'impact respectif des différents polluants, les mécanismes d'action et l'existence d'une éventuelle période critique d'exposition restent très discutés. L'absence de prise en compte de certains facteurs de risque importants de faible poids de naissance, ne permet pas de conclure sur la nature causale de la relation observée. Cela mériterait d'être étayé par de nouvelles études.

Auteur : Declercq C, Ancel PY
Extrapol. Epidémiologie et pollution atmosphérique. Analyse critique des publications internationales, 2006, n°. 28, p. 32-4