Mésothéliome : les dispositifs en place en France « le réseau mésothéliome » 1998-2013

Publié le 3 Février 2014
Mis à jour le 10 septembre 2019

Les mésothéliomes sont des cancers rares représentant moins de 0,3 % des cancers en France. Il s'agit de cancers très agressifs, résistants à de nombreux traitements conventionnels et à forte implication médicosociale. Ce cancer lié à une exposition à l'amiante, est présent chez l'homme dans 80 % des cas. À la fin des années 1990, les projections réalisées à partir de la modélisation de la mortalité montraient que l'augmentation de l'incidence du mésothéliome pleural allait se poursuivre pendant deux à trois décennies. Le diagnostic des mésothéliomes est anatomopathologique, mais la présentation histologique revêt des aspects très variés et trompeurs, sources de difficultés diagnostiques. C'est devant un tel contexte diagnostique, clinique, épidémiologique, et médicosocial, qu'un réseau national et international, multidisciplinaire sur le mésothéliome a été progressivement construit en France pour répondre soit à des questions de surveillance épidémiologique et/ou de recherche translationnelle ou plus académique, soit participer à la structuration de l'offre de soins en réponse à l'action 23.1 du Plan cancer dès 2009 et ainsi assurer une meilleure prise en charge à visée sanitaire de cette pathologie. La structure de ce réseau multidisciplinaire et les résultats portant sur les 15 premières années d'existence, apportent la preuve de son intérêt et de son efficacité, pour produire des indicateurs de surveillance épidémiologique. Les résultats du réseau des pathologistes confirment l'intérêt de la relecture selon une procédure anatomopathologique de certification standardisée pour assurer la qualité des données épidémiologiques, la qualité de la reconnaissance médicosociale et la fiabilité du diagnostic clinique pour le bénéfice des patients. (R.A.)

Auteur : Galateau Salle F, Gilg Soit Ilg A, Le Stang N, Brochard P, Pairon JC, Astoul P, Frenay C, Blaizot G, Chamming's S, Ducamp S, Rousvoal T, de Quillacq A, Abonnet V, Abdalsamad I, Begueret H, Brambilla E, Capron F, Copin MC, Danel C, de Lajartre AY, Foulet Roge A, Garbe L, Groussard O, Giusiano S, Hofman V, Lantuejoul S, Piquenot JM, Rouquette I, Sagan C, Thivolet Bejui F, Vignaud JM, Scherpereel A, Jaurand MC, Jean D, Hainaut P, Cherie Challine L, Goldberg M, Luce D, Imbernon E
Annales de Pathologie, 2014, n°. 1, p. 51-63