Surveillance épidémiologique et prévention mises en place par santé publique France dans le cadre du plan national canicule

Publié le 26 Juin 2019
Mis à jour le 11 juillet 2019

Contexte

La chaleur fait peser un stress sur les organismes, et se traduit par une augmentation du risque de recours aux soins et de décès pour de multiples pathologies. Ces augmentations de risque – qui sont particulièrement marquées lorsque la chaleur est inhabituelle, intense, et persistante dans le temps - peuvent se traduire par une surmortalité très forte et par un engorgement des systèmes de santé.
Le plan national de gestion des vagues de chaleur (PNGVC, anciennement Plan national canicule), coordonné par le ministère chargé de la santé, est mis en oeuvre chaque été depuis 2004 pour gérer ces situations inhabituelles. Il est actif du 1er juin au 15 septembre.

Dans le cadre du PNGVC, Santé publique France est chargée de :

  • surveiller l’impact sanitaire pendant les alertes canicule, via le système d’alerte canicule et santé (Sacs), afin de compléter la surveillance météorologique réalisée par Météo-France ;
  • prévenir les effets de la chaleur via un dispositif de prévention et de communication mis en oeuvre avant et pendant les alertes canicules.

Ce document résume les principales actions menées par Santé publique France en ce sens, et les informations qui sont disponibles chaque année au cours ou à la suite des canicules.