Comparaison de la surmortalité observée en juillet 2006 à celle estimée à partir des étés 1975-2003, France.

Publié le 5 Juin 2007
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction - En juillet 2006, une importante vague de chaleur a été observée en France. Méthodes - Un modèle mettant en relation les fluctuations quotidiennes de la mortalité et des températures a été établi sur les étés 1975-2003. Il permet de fournir une estimation du nombre de décès attendu un jour donné, compte tenu des températures observées ce jour et les 10 jours précédents. Les nombres de décès observés et attendus en juillet 2006 ont été comparés. Résultats - Du 11 au 28 juillet 2006, une surmortalité, estimée à environ 2 100 décès, a été observée sur l'ensemble de la France. Cette surmortalité est inférieure d'environ 4 400 décès à ce que l'on pouvait attendre si la vulnérabilité de la population aux vagues de chaleur était restée identique à celle de la période 1975-2003. Discussion-conclusion - La moindre mortalité au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 par rapport à l'attendu, peut être interprétée comme le résultat d'une réduction de la vulnérabilité de la population aux vagues de chaleur estivales. Cette moindre fragilité des populations pourrait être la conséquence des évolutions consécutives à la vague de chaleur d'août 2003 : prise de conscience générale des risques, mise en place de mesures de prévention et du système de surveillance et d'alerte des vagues de chaleur. (R.A.)

Auteur : Fouillet A, Rey G, Bessemoulin P, Frayssinet P, Jougla E, Hemon D
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2007, n°. 22-23, p. 192-4