L'alcoolisation des jeunes : l'apport de l'approche épidémiologique.

Publié le 15 Juin 2009
Mis à jour le 5 juillet 2019

Au nom de la lutte contre le "binge drinking", terme anglo-saxon souvent invoqué pour qualifier une conduite d'alcoolisation ponctuelle excessive visant l'ivresse, les parlementaires ont récemment voté l'interdiction de vente d'alcool aux moins de 18 ans, relevant ainsi de deux ans l'âge minimum jusqu'alors. Ils se sont également prononcés pour l'interdiction de la vente au forfait ou de l'offre gratuite d'alcool à volonté, c'est-à-dire les opérations de type "open bar". Ces décisions, prises dans le cadre du volet prévention et santé publique du projet de la loi "Hôpital, patients, santé, territoires", font écho à une forte médiatisation récente des pratiques d'alcoolisation des adolescents et jeunes adultes. L'objectif est ici de resituer ce débat public dans une perspective quantitative qui s'appuie principalement sur les enquêtes déclaratives récentes menées en population générale. Ces enquêtes fournissent des indicateurs relatifs à divers aspects du phénomène : l'expérimentation, la fréquence des consommations et des ivresses, certains contextes d'alcoolisation, ainsi que des facteurs associés. Leur répétition dans le temps permet de mesurer l'évolution de ces indicateurs en France.[extrait article]

Auteur : BECK F., Guillemont J., Legleye S.
Actualité et dossier en santé publique, 2009, n°. 67, p. 9-15