Faisabilité de la surveillance du syndrome d'alcoolisation foetale, France, 2006-2008. Numéro thématique. Femmes et addictions

Publié le 10 Mars 2009
Mis à jour le 5 juillet 2019

Une étude de faisabilité de la surveillance à la naissance du syndrome d'alcoolisation foetale (SAF) a été mise en place dans les régions et départements français couverts par des registres de malformations congénitales ou de handicap de l'enfant pendant deux années. Les cas étaient inclus s'ils présentaient un retard de croissance intra-utérin portant sur le poids, la taille ou le périmètre crânien, des éléments dysmorphiques caractéristiques du SAF. La consommation d'alcool était recherchée au moyen d'un questionnaire alimentaire. Au total 34 cas ont été inclus, dont 21 ont été classés comme SAF à la naissance, mais seuls 12 cas ont été considérés comme des SAF confirmés par un suivi à neuf mois. Tous les cas confirmés ont été inclus en Alsace et dans le Rhône. Les taux de prévalence calculés varient d'un département à l'autre et d'une année d'étude à l'autre, suggérant une sous-déclaration importante, très opérateur dépendante. (R.A.)

Auteur : Bloch J, Cans C, de Vigan C, de Brosses L, Doray B, Larroque B, Perthus I
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2009, n°. 10-11, p. 102-4