Le

Direction des maladies infectieuses

La Direction des maladies infectieuses coordonne la surveillance nationale et l’alerte en matière de maladies infectieuses, dans un objectif d’aide à la décision et d’information, et pour réduire le poids et l’impact de ces maladies dans la population française. Elle conduit ou participe à des études épidémiologiques descriptives et analytiques, ou encore à des projets d’analyse de risque ou de modélisation de la dynamique de la transmission des maladies infectieuses.

Cette direction est organisée en quatre unités thématiques :

  • VIH, hépatites B et C, et infections sexuellement transmissibles ;
  • infections zoonotiques, vectorielles et alimentaires ;
  • infections respiratoires et vaccination ;
  • infections associées aux soins et résistance aux antibiotiques ;

et une unité transversale de soutien méthodologique.

Elle travaille au quotidien en lien étroit avec les autres directions de l’agence, et en particulier les directions des régions, de l’alerte et des crises, et de la prévention et promotion de la santé. Elle pilote les programmes vaccination et maladies infectieuses et contribue de manière active à ses autres programmes, en particulier le programme santé sexuelle.

La Direction des maladies infectieuses assure la surveillance de nombreuses maladies qui représentent des enjeux de santé publique importants :

  • La surveillance des infections sexuellement transmissibles, du VIH et des hépatites, pathologies qui touchent principalement des populations vulnérables et qui nécessitent des moyens de prévention, de dépistage et de prise en charge adaptés à ces populations ;
  • La surveillance des maladies à prévention vaccinale, de la couverture vaccinale et du statut immunitaire de la population, qui permet d’évaluer l’impact des stratégies vaccinales et de proposer le cas échéant leur adaptation ;
  • La surveillance des infections respiratoires (grippe, légionellose, tuberculose, MERS-CoV…), qui nécessite une grande réactivité et une adaptation régulière pour notamment faire face aux épidémies saisonnières et aux émergences, et ainsi orienter au mieux les mesures de prévention et de contrôle ;
  • La surveillance des infections zoonotiques, vectorielles et alimentaires, qui représente un champ très vaste régulièrement à l’origine d’épidémies ou émergences, nécessitant la conduite de nombreuses investigations ou mises en place de systèmes de surveillance spécifiques pour identifier les sources et modes de contamination, populations ou pratiques à risque afin de proposer des mesures de contrôle appropriées ;
  • La surveillance des infections associées aux soins et de la résistance aux antibiotiques, activité très transversale qui concerne les trois secteurs de soins (établissements de santé, établissements médico-sociaux et ville), de multiples agents pathogènes et de nombreux sites infectieux. Cette surveillance est un enjeu majeur de santé publique qui concoure à l’évaluation des mesures de prévention et de contrôle mises en œuvre par les professionnels de santé pour une meilleure qualité des soins.

Fortement impactée par les phénomènes épidémiques ou anormaux, la Direction des maladies infectieuses intervient le plus souvent en coordination, soutien et appui des cellules d’intervention en région (Cire), du réseau CClin/Arlin (pour les infections associées aux soins), de la Direction générale de la santé (DGS) et des agences régionales de santé (ARS) pour leur investigation et l’orientation des mesures de gestion ; ce soutien est assuré de manière permanente via la contribution des épidémiologistes au système d’astreinte de l’agence.

En termes de surveillance, la Direction des maladies infectieuses s’appuie sur plus de 70 systèmes différents, dont 29 maladies infectieuses à déclaration obligatoire et une trentaine de réseaux volontaires de professionnels de santé (cliniciens, hygiénistes, biologistes, etc.). Elle bénéficie pour conduire ses activités aussi de l’expertise microbiologique du réseau des Centres nationaux de référence pour la lutte contre les maladies transmissibles, dont elle assure la coordination, et entretient des relations privilégiées avec plusieurs sociétés savantes (SPILF, SF2H, SFM, ...). Elle contribue enfin à plusieurs programmes de recherche appliquée dans son champ (Labex IBEID, ReACTING, etc.).

An Error Occurred: Forbidden

Oops! An Error Occurred

The server returned a "403 Forbidden".

Something is broken. Please let us know what you were doing when this error occurred. We will fix it as soon as possible. Sorry for any inconvenience caused.