Point épidémiologique COVID-19 du 9 septembre 2021 : amélioration des indicateurs épidémiologiques, tensions hospitalières persistantes, la vigilance reste nécessaire pour consolider la dynamique épidémique actuelle

Publié chaque semaine, le point épidémiologique relatif à la surveillance de la COVID-19 présente une analyse détaillée des indicateurs mis en place par Santé publique France et son réseau de partenaires pour suivre l’évolution de l’épidémie et orienter les décisions publiques.

Mis à jour le 10 septembre 2021

En semaine 35, la diminution de la circulation du SARS-CoV-2 se poursuivait pour la troisième semaine consécutive. La tendance à la diminution des admissions à l’hôpital et en soins critiques se confirmait, avec néanmoins des tensions toujours importantes dans le sud de la France métropolitaine et aux Antilles. Les taux d’incidence, bien qu’élevés, étaient en baisse dans toutes les classes d’âge, excepté chez les 3 à 5 ans (stable). Ils étaient toujours élevés chez les moins de 18 ans, invitant à la plus grande vigilance dans le contexte de la rentrée scolaire. En France, au 07 septembre 2021, 73,2% de la population avait reçu au moins une dose de vaccin et 68,3% était complètement vaccinée. Dans le contexte de la reprise scolaire et des activités professionnelles, la vaccination reste primordiale et doit être associée aux autres mesures de prévention (respect des gestes barrières, limitation des contacts à risque, isolement en cas de symptômes, d’infection confirmée ou de contact avec un cas confirmé). La combinaison de ces mesures est nécessaire pour consolider la tendance épidémique actuelle et contribuer à préserver le système hospitalier.

Diminution du taux d’incidence qui reste élevé chez le 20-39 ans

Au niveau national, avec 13 117 cas diagnostiqués en moyenne par jour en semaine 35, le taux d’incidence (137/100 000 habitants) diminue (-24%) pour la troisième semaine consécutive. Bien qu’en baisse, les taux d’incidence restaient élevés chez les 20-29 ans (216/100 000, -30%) les 30-39 ans (207, -24%) et les 10-19 ans (178, -26%). Les taux de dépistage étaient en diminution chez les 10-49 ans et stables ou en légère baisse dans les autres classes d’âge. Les taux les plus élevés étaient observés chez les 20-29 ans (12 555/100 000, -13%) et les 30-39 ans (10 040, -16%).

En France métropolitaine, les taux d’incidence diminuaient dans toutes les régions ; ils restaient les plus élevés en Provence-Alpes-Côte d’Azur (328/100 000, -26%), en Occitanie (160, -31%) et en Ile de France (145, -14%). Les taux de dépistage étaient également en baisse dans toutes les régions.

En Outre-mer, les taux d’incidence restaient les plus élevés en Guadeloupe (520, -52%), Martinique (419, -35%) et Guyane (419, -8%). Le taux d’incidence était de 159 à La Réunion (-14%). Il augmentait à 53 à Mayotte (+50%) invitant à une vigilance particulière dans un contexte spécifique territorial lié aux capacités hospitalières limitées.

Incidence et dépistage par niveau scolaire

En semaine 35, parmi les 274 475 personnes de moins de 18 ans testées pour le SARS-CoV-2 (vs 350 098 en S34, soit -22%), 21 227 nouveaux cas a été rapporté (vs 25 713 en S34, soit -17%). Le taux d’incidence s’est stabilisé chez les 3-5 ans (107 pour 100 000 habitants comme en S34) et chez les 0-2 ans (67, -3%). Il était en diminution chez les 6-10 ans (169, -13%), les 11-14 ans (179, -22%) et les 15-17 ans (176, -28%). Le taux de dépistage a augmenté chez les 0-2 ans (619 pour 100 000 habitants, soit +4%) et les 3-5 ans (869, +10%). Il s’est stabilisé chez les 6-10 ans (1 527, -2%) et était en baisse dans les autres classes d’âge : 11-14 ans (2 542, -31%) et 15-17 ans (3 736, -30%).

Baisse des admissions à l’hôpital et en soins critiques pour la deuxième semaine consécutive

Au niveau hospitalier, les nouvelles admissions étaient en baisse pour la deuxième semaine consécutive, avec 4 248 nouvelles hospitalisations (-20%) et 1 022 nouvelles admissions en soins critiques (-14%). La charge hospitalière restait élevée avec 10 707 patients infectés par le SARS-CoV-2 en cours d’hospitalisation au 07 septembre, dont 2 272 en services de soins critiques. Les décès liés à la COVID-19 (à l’hôpital et en ESMS) étaient en diminution également (681, -7%), semblant confirmer la tendance de la semaine précédente.

Forte augmentation de la séroprévalence des anticorps contre le SARS-CoV-2 en semaine 23

La séroprévalence nationale est mesurée à intervalle régulier à partir de prélèvements sanguins réalisés en laboratoires de biologie médicale afin d’estimer et de suivre la proportion de personnes ayant été en contact avec le virus SARS-CoV-2, responsable de la COVID-19 et ayant développé des anticorps.

En semaine 23 (07-13 juin 2021), la séroprévalence a augmenté très fortement atteignant 52,4% contre 13,7% en semaine 06 (08-14 février).
L'augmentation de la séroprévalence observée pour l'ensemble des tranches d'âge était plus importante chez les adultes et nettement plus marquée chez les 60 ans et plus et restait plus basse chez les enfants (18,2% chez les 0-9 ans et 23,2% chez les 10-19 ans). Elle atteignait 79,5% chez les 80 ans et plus.

Malgré des différences marquées, la séroprévalence a augmenté dans toutes les régions. En France métropolitaine, les séroprévalences les plus élevées se retrouvent dans le Nord et l'Est comme en Île-de-France (60,1%), Bretagne (56,0%) ou Grand Est (55,6%), et les plus basses dans le Sud : Occitanie (46,0%), Provence-Alpes-Côte d'Azur (47,2%) ou Nouvelle-Aquitaine (48,1%). Dans les DROM, la séroprévalence en semaine 23-2021 est globalement en-deçà de 45%, avec au plus bas 30,7% en Guadeloupe et 21,4% en Martinique.

La prévalence des anticorps anti-SARS-CoV-2, très supérieures à celle observée lors des vagues épidémiques précédentes, indique un gain d'immunité important dans la population française, en lien avec la vaccination.

La couverture vaccinale continue de progresser en population générale et chez les professionnels de santé

Le 07 septembre, l’estimation de la couverture vaccinale en France à partir de Vaccin Covid était de 73,2% pour au moins une dose et de 68,3% pour une vaccination complète. Parmi les 12 ans et plus, 49 132 211 avaient reçu au moins une dose (85,0%) et 45 848 547 (79,3%) une vaccination complète. La couverture vaccinale pour au moins une dose était de 92,5% au 07 septembre pour les résidents en Ehpad ou USLD (89,9% pour la vaccination complète).

En Outre-mer la couverture vaccinale restait particulièrement faible en Guadeloupe (30,1% pour au moins une dose et 23,0 % pour une vaccination complète) et Martinique (31,0% et 24,4%).

Chez les professionnels de santé, les couvertures vaccinales continuaient de progresser : elles atteignaient 83,9% pour une vaccination complète chez les professionnels en Ehpad ou USLD (versus 80,7% au 31 août), 91,1% chez les professionnels libéraux (vs 89,6%) et 84,1% chez les personnels soignants salariés en établissements de santé (vs 81,3%).

A télécharger

COVID-19 : point épidémiologique du 9 septembre 2021

En savoir plus
a lire aussi

Communiqué de presse

Télécharger (pdf - 187.4 Ko)

Restez informés sur l'épidémie de COVID-19, France et Monde

Points de situation, questions-réponses, interviews d'experts... tout savoir sur l’infection au nouveau coronavirus (SARS-CoV-2), COVID-19, en France et dans le Monde