Point épidémiologique COVID-19 du 7 octobre 2021 : la quatrième vague a eu un impact moindre sur les admissions à l’hôpital et les décès en comparaison aux vagues précédentes

En semaine 39 (27 au 3 octobre), l’amélioration se poursuit sur le territoire national avec des indicateurs épidémiologiques toujours en baisse dans la quasi-totalité des régions. La situation restait préoccupante en Guyane, avec des taux d’incidence et d’hospitalisation élevés, un excès de mortalité et une très faible progression de la vaccination.

Mis à jour le 08 octobre 2021

Au niveau national, le taux d’incidence était en baisse chez les plus jeunes et avait tendance à se stabiliser chez les 60 ans et plus. En France, au 05 octobre 2021, 75,2% de la population avait reçu au moins une dose de vaccin et 72,9% était complètement vaccinée. Dans le contexte d’un relâchement de l’adhésion aux mesures barrières, la vaccination associée aux autres mesures de prévention (respect des gestes barrières, limitation des contacts à risque, isolement en cas de symptômes, d’infection confirmée ou de contact avec un cas confirmé) reste primordiale pour maintenir la tendance épidémique favorable actuelle. 

La situation sanitaire continue globalement de s’améliorer

Au niveau national, en semaine 39, la baisse du taux d’incidence s’est poursuivie avec 48 nouveaux cas pour 100 000 habitants (-16%), soit 4 609 cas diagnostiqués par jour en moyenne. Le taux d’incidence était en diminution chez les moins de 60 ans et tendait à se stabiliser chez les plus âgés. Ils restaient plus élevés chez les adultes de moins de 50 ans et les enfants. Le taux de dépistage, incluant tests antigéniques et PCR (autotests exclus), était toujours très élevé, atteignant 4 580 pour 100 000 habitants (-3%). Il était stable ou en diminution dans toutes les classes d’âge, excepté chez les 10-19 ans (5 274, +34%). Le taux de positivité était en légère diminution à 1,0% (-0,2 point). 

Au niveau hospitalier, la baisse des indicateurs s’est poursuivie, avec 1 228 nouvelles hospitalisations (-23%) et 306 nouvelles admissions en soins critiques (-27%). Au 05 octobre, on dénombrait 7 157 patients COVID-19 en cours d’hospitalisation, dont 1 292 en soins critiques.

Légère diminution des indicateurs en Guyane, qui restent à des niveaux très élevés 

En semaine 39, le taux d’incidence en Guyane avait légèrement diminué (-8%), avec 494 cas /100 000 habitants. Cette faible tendance à la baisse s’observe sur tout le territoire, mais doit être confirmé dans les jours à venir. Les hospitalisations tous services confondus étaient en légère diminution, avec 85 hospitalisations en semaine 39 contre 115 en semaine 38 : cette baisse concerne principalement l’hôpital de Cayenne. Cependant, le nombre d’admissions en soins critiques est resté à un niveau élevé avec 20 admissions (contre 23 en S38), reflétant la hausse du nombre de cas confirmés observée deux semaines plus tôt. Cette hausse concerne principalement l’hôpital de l’Ouest, qui était le secteur impacté le plus tardivement par la quatrième vague.

En semaine 39, 23,4% de la population guyanaise était complètement vaccinée. Par rapport à la semaine précédente, la couverture vaccinale avait très peu progressé, quelle que soit la catégorie d’âge (moins de 1%). Les 12-17 ans et les 75 ans et plus étaient les moins vaccinés et la vaccination progressait plus lentement dans ces classes d’âge.

4ème vague : moins d’hospitalisations et de décès que les vagues précédentes

La quatrième vague de l’épidémie de COVID-19, liée majoritairement au variant Delta, a démarré début juillet 2021. Le taux d’incidence a atteint un premier pic le 29 juillet (semaine 30) s’élevant à 225 pour 100 000 habitants, puis un second à 248 pour 100 000 habitants le 12 août (semaine 32).

Sur la même période, le taux hebdomadaire de nouvelles hospitalisations était au plus haut 20 jours après le premier pic d’incidence et 6 jours après le deuxième pic (29 et 15 jours pour les décès). Par rapport au nombre de cas, les niveaux atteints (7,9/100 000 pour les nouvelles hospitalisations et 1,1 pour les décès) étaient moins élevés que ceux observés lors des vagues précédentes. 

Deux hypothèses peuvent être avancées pour expliquer les décalages observés et l’impact moindre de la quatrième vague sur les admissions à l’hôpital et les décès : 

  • La vaccination étant fortement efficace pour prévenir les formes graves, la couverture vaccinale élevée chez les personnes âgées dès la fin du mois de juin a pu réduire sensiblement leur apparition dans cette population, et par conséquent, le nombre d’hospitalisations et de décès. Efficace dans une moindre mesure sur la transmission du virus, la vaccination a également pu contribuer à freiner la circulation du SARS-CoV-2.
  • D’autre part, le virus a, dans un premier temps, surtout circulé chez les jeunes adultes, dans un contexte de moindre adoption des mesures barrières fin juin 2021 : lors de cette quatrième vague, 80% des cas confirmés étaient âgés de moins de 50 ans (vs 61% entre septembre 2020 et juin 2021). Les plus jeunes, par ailleurs peu vaccinés à cette époque, ont donc été les plus touchés par le SARS-CoV-2 tout en présentant un risque moindre d’être hospitalisés. La circulation virale s’est ensuite étendue aux plus âgés, plus susceptibles de développer des formes graves, entraînant un second pic d’incidence, suivi du pic des hospitalisations.
graphiques

Plus de 50 millions de français ont reçu une première dose de vaccin

Le 05 octobre, l’estimation de la couverture vaccinale en France à partir de Vaccin Covid était de 75,2% (50 482 515) pour au moins une dose et de 72,9% (48 911 033) pour une vaccination complète. Parmi les 12 ans et plus, 50 462 348 avaient reçu au moins une dose (87,3%) et 48 897 142 (84,6%) une vaccination complète.

Au 05 octobre, 93,5% des résidents en Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ou USLD (unité de soins de longue durée) avaient reçu au moins une dose de vaccin (91,4% pour la vaccination complète). Chez les professionnels de santé libéraux, la couverture vaccinale continue de progresser : 96,0% avaient reçu au moins une dose et 94,5% étaient complètement vaccinés.

A lire aussi

COVID-19 : point épidémiologique du 7 octobre 2021

En savoir plus
a lire aussi

Communiqué de presse

Télécharger (pdf - 218.33 Ko)

Restez informés sur l'épidémie de COVID-19, France et Monde

Points de situation, questions-réponses, interviews d'experts... tout savoir sur l’infection au nouveau coronavirus (SARS-CoV-2), COVID-19, en France et dans le Monde

Coronavirus : circulation des variants du SARS-CoV-2

De nombreux variants du SARS-CoV-2 circulent en France et de nouveaux variants porteurs de mutations sont régulièrement identifiés. Comment sont-ils surveillés et classifiés...