Contraception : où en sommes-nous ?

A l’occasion de la Journée mondiale de la contraception le 26 septembre, Santé publique France et l’ANSM rappellent l’importance d’adapter son moyen contraceptif à son mode de vie.

Mis à jour le 25 septembre 2021

Préférences pour les pilules de première et deuxième génération, utilisation des DIU, les dernières données de vente publiées par l’Agence nationale de sécurité du médicament et produits de santé (ANSM) montrent la poursuite des évolutions dans l’utilisation des contraceptifs en France.

Focus sur les pilules contraceptives 

Selon les données de vente, le report des prescriptions des pilules contraceptives de 3e  et 4e génération vers les pilules de 1re et 2e génération entamée en 2013 s’est poursuivi. Depuis 2018, la répartition de l’utilisation entre les pilules contraceptives de 3ème  et 4ème génération et celles de 1re et 2e génération s’est stabilisée. Elle est aujourd’hui respectivement de 14% et 86% sur la totalité des contraceptifs oraux combinés (COC) vendus. 

Les dernières données de ventes confirment que les femmes et les prescripteurs privilégient les pilules contraceptives qui présentent les risques thromboemboliques veineux (phlébite, embolie pulmonaire) les plus faibles (contraceptifs oraux de 1re ou 2e génération contenant du lévonorgestrel associés à un dosage faible en estrogènes (20 μg).

Par ailleurs, la vente des contraceptifs oraux (progestatifs seuls ou combinés à un estrogène) est en baisse régulière depuis 10 ans (environ -12 %) ; plus particulièrement, la baisse des contraceptifs oraux combinés est d’environ 33 % alors que la part des progestatifs seuls est croissante. 

Qu’en est-il des autres méthodes contraceptives ?

Concernant les autres méthodes hormonales, comme les dispositifs intra-utérins (DIU) au levonorgestrel (Mirena,Jaydess et Kyleena) et les implants à l’etonogestrel (Nexplanon), les chiffres des ventes sont stables depuis 10 ans.

Par ailleurs, les ventes de DIU au cuivre sont en nette progression depuis une dizaine d’années, avec un doublement des ventes sur cette période. 

Il est à noter également que les ventes des anneaux vaginaux (Etoring, Nuvaring) ont diminué depuis dix ans, avec une baisse d’environ 50%. 

Ces tendances observées sur les ventes rejoignent les conclusions du Baromètre santé 2016 de Santé publique France qui avait mis en évidence un report de l’utilisation de la pilule vers d’autres méthodes depuis 2013.  

Une information fiable et détaillée sur les méthodes de contraception : Questionsexualité.fr

L’ensemble des méthodes de contraception disponibles en France sont présentées sur le site Questionsexualité.fr, dans la rubrique Choisir sa contraception, créé par Santé publique France. Y sont présentés les avantages, les inconvénients, les modes d’utilisation, et des informations pratiques qui permettent à chacun(e) de faire son choix parmi l’offre existante.

miniature site internet question sexualite.fr

Un tableau récapitulatif permet de visualiser en un coup d’œil l’efficacité des différentes méthodes et de les classer selon différents critères. Pour aller plus loin et préparer une consultation de contraception, le site Questionsexualité.fr propose également un questionnaire personnalisé. Ce questionnaire vise à :

  • favoriser le dialogue entre la patiente et son professionnel de santé y compris sur les aspects non médicaux ;
  • offrir une information personnalisée sur les différentes méthodes contraceptives existantes et leur adéquation par rapport aux attentes de chacun(e).
miniature rubrique quelle contraception me convient le mieux ?

A la fin du questionnaire une réponse personnalisée est fournie et pour chaque moyen de contraception, les points positifs et négatifs sont expliqués de manière détaillée.

Un lien vers la fiche descriptive de chaque méthode est disponible. 

Les résultats sont téléchargeables gratuitement. Ce support peut être utilisé pour engager le dialogue avec son professionnel de santé lors d’une consultation. 

Questionsexualite.fr complète l’écosystème digital de Santé publique France en matière de santé sexuelle (Onsexprime.fr et Sexosafe.fr). 

Au travers de ses diverses actions, Santé publique France cherche à délivrer des informations adaptées aux besoins de chacun(e). Dans le champ de la contraception, cela passe par la promotion de la diversité contraceptive et la diffusion d’informations fiables et accessibles pour que chacun(e) puisse faire un choix éclairé. 

a lire aussi

Communiqué de presse

Télécharger (pdf - 336.92 Ko)