Attentats du 13 novembre : 5 ans après, quels impacts sur la santé mentale des victimes, de leurs proches et des professionnels mobilisés ?

L'évaluation de l'impact sur la santé mentale d'événements majeurs comme les attentats terroristes fait partie des missions de Santé publique France. En 2016, suite aux attentats du 13 novembre 2015, Santé publique France a initié l’étude ESPA 13 novembre auprès des personnes concernées par les évènements (les personnes blessées, les personnes visées, menacées ou témoins, les intervenants des forces de l’ordre ou de secours, les agents de l’administration et les personnes endeuillées d’un proche). Les résultats de cette première vague avaient souligné le fort impact psycho-traumatique et pour certains un non recours aux soins. Cinq après, qu’en est-il ? Pour y répondre, Santé publique France lance une seconde vague d’enquête. Inédite dans son ampleur, elle permettra d’apporter des éléments précieux pour orienter et améliorer la prise en charge de ces personnes.

Mis à jour le 16 novembre 2020

Une étude pour mesurer et comprendre les impacts psychologiques des attentats

L’enquête ESPA 13 novembre a pour objectif d’évaluer l’impact psychologique et de connaitre les dispositifs de soutien et de soins dont les personnes impliquées ont pu bénéficier. Elle est intégrée à un programme de recherche plus large financé par le secrétariat général pour l’investissement via l’ANR et porté scientifiquement par le CNRS et l’Inserm : le programme 13-Novembre1.

Affiche Enquête de santé publique post attentats du 13 novembre 2015

Cette enquête en deux vagues permettra d’apporter un éclairage sur les conséquences à long terme chez les personnes ayant vécu un attentat, en particulier sur le trouble du stress post-traumatique, une pathologie pouvant apparaître ou perdurer au cours des années suivant l’évènement traumatique. Ces résultats sont d’autant plus utiles que la recherche sur le stress post-traumatique suite à des actes terroristes reste encore parcellaire.

La deuxième phase de l’étude ESPA 13 novembre Santé publique France débute le 16 novembre 2020 et durera 4 mois. Elle s’adresse à l’ensemble des personnes exposées aux attentats du 13 novembre 2015, qu’elles aient participé ou non à la première vague.

Les objectifs de cette seconde vague de l’enquête, très attendue par les victimes et les acteurs de terrain, seront :

  • d’estimer l’impact psycho-traumatique 5 ans après les attentats ainsi que, pour les personnes ayant déjà participé, l’évolution de cet impact depuis 2016,
  • de décrire l’utilisation par ces personnes des dispositifs de soins depuis les événements et connaitre les facteurs associés.

« D’après les résultats de la première vague réalisée quelques mois après les attentats, près de 37% des civils ayant répondu souffraient d’un stress post traumatique. Certains n’avaient pas recours aux soins, notamment les témoins. Avec cette deuxième vague, nous pourrons voir si le recours aux soins a été plus important avec le temps et nous pourrons décrire l’évolution de leur santé mentale. Ceci chez les civils mais également les intervenants » complète le Dr Philippe PIRARD, Médecin-Epidémiologiste, Coordonnateur de l’étude ESPA 13 novembre.

Pour participer à la seconde vague ESPA 13 novembre :

Le questionnaire est disponible en ligne sur le portail de Santé publique France (https://www.santepubliquefrance.fr/espa2). Il peut être rempli en plusieurs fois, et prendre 20 à 45 minutes à compléter. Un dispositif de soutien psychologique par téléphone est mis à disposition des personnes en ayant besoin lors de leur réponse au questionnaire.

a lire aussi

Communiqué de presse

Télécharger (pdf - 750.02 Ko)