Dépression et anxiété

La dépression et l’anxiété peuvent avoir un fort impact sur le quotidien dont les causes peuvent être nombreuses : évènements de vie significatifs (traumatismes, deuil, ruptures conjugales…), activité professionnelle…

Mis à jour le 29 septembre 2021

Dépression et anxiété : données

Une prévalence de l'épisode dépressif caractérisé qui évolue significativement entre 2010 et 2017 en France

Les résultats du Baromètre 2017 de Santé publique France montrent une prévalence de l’épisode dépressif caractérisé (EDC) de presque 10 % chez les personnes âgées de 18 à 75 ans, avec une prévalence deux fois plus élevée chez les femmes que les hommes (13,0 % vs 6,4 %). Après une stabilité observée entre 2005 et 2010, quels que soient le niveau de diplôme, la situation professionnelle ou les revenus, la prévalence de l’EDC au cours des 12 derniers mois parmi les personnes âgées de 18 à 75 ans a augmenté de 1,8 point sur la période 2010-2017.

+1,8

point : augmentation de la prévalence de l'EDC au cours des 12 derniers mois parmi les personnes âgées de 18 à 75 ans (2010-2017)

Cette augmentation concernait toutes les catégories analysées de diplôme : 

  • les titulaires d’un diplôme inférieur au baccalauréat présentaient en 2017 une augmentation de l’EDC de 1,9 point par rapport à 2010 ;
  • ceux d’un baccalauréat ou équivalent de 1,6 points ;
  • ceux d’un diplôme supérieur de 1,5 point.

Selon le statut professionnel, la prévalence de l’EDC a augmenté entre 2010 et 2017 de 5,1 points chez les chômeurs et de 3,2 points chez les étudiants. 

Les personnes déclarant les plus faibles revenus par unité de consommation restaient les plus à risque de connaître un EDC au cours des 12 derniers mois, avec une augmentation de plus de 3,3 points entre 2010 et 2017.

Évolution de la prévalence de l’épisode dépressif caractérisé (EDC) au cours des 12 derniers mois selon a/ le niveau de diplôme, b/ la situation professionnelle et c/ le revenu par unité de consommation chez les 18-75 ans, France métropolitaine, 2005-2017
Évolution de la prévalence de l’épisode dépressif caractérisé (EDC) au cours des 12 derniers mois selon a/ le niveau de diplôme, b/ la situation professionnelle et c/ le revenu par unité de consommation chez les 18-75 ans, France métropolitaine, 2005-2017

Une prise en charge pour troubles de l'humeur qui augmente chaque année chez les hommes et chez les femmes, entre 2010 et 2014

Entre 2010 et 2014, 1 684 663 et 446 867 patients ont été pris en charge, respectivement, pour troubles dépressifs (TD) et troubles bipolaires (TB) dans les établissements ayant une activité autorisée en psychiatrie. 

En 2014, les taux de prise en charge pour TD étaient de 564,8 pour 100 000 personnes, plus élevés chez les femmes (698,3 vs 421,5 chez les hommes). Ils ont peu varié au cours de la période étudiée. Les taux de prise en charge pour TB étaient de 157,1 pour 100 000 personnes (190,3 chez les femmes et 120,8 chez les hommes). Une augmentation annuelle de 2,6 % a été observée chez les hommes (p=0,01) et de 3,4 % chez les femmes (p<0,001) entre 2010 et 2014. 

Pour les TB comme pour les TD, les taux les plus élevés étaient retrouvés chez les hommes et les femmes âgés de 50 à 54 ans. Chez les hommes comme chez les femmes, des taux de prise en charge supérieurs de 20 % au taux national ont été observés en Bretagne et Bourgogne-Franche-Comté pour les TD et dans le Sud-Ouest pour les TB.

Nombres de patients pris en charge pour troubles dépressifs ou troubles bipolaires dans les établissements ayant une activité autorisée en psychiatrie et pourcentages en ambulatoire exclusif, France métropolitaine, 2010-2014
Nombre de patients pris en charge pour troubles dépressifs ou troubles bipolaires dans les établissements ayant une activité autorisée en psychiatrie et pourcentages en ambulatoire exclusif, France métropolitaine, 2010-2014
Taux standardisés de patients pris en charge pour troubles dépressifs dans les établissements ayant une activité autorisée en psychiatrie selon la région et le sexe pour 100 000 habitants, France métropolitaine, 2014
Taux standardisés de patients pris en charge pour troubles dépressifs dans les établissements ayant une activité autorisée en psychiatrie selon la région et le sexe pour 100 000 habitants, France métropolitaine, 2014

Une prise en charge pour troubles anxieux qui augmente chaque année chez les hommes et chez les femmes, entre 2010 et 2014

Entre 2010 et 2014, 1 351 649 patients ont été pris en charge pour troubles anxieux. Dans environ 9 cas sur 10, le diagnostic de troubles anxieux était noté en diagnostic principal. 

Au cours des cinq années de la période étudiée, une augmentation annuelle de 3,6 % du taux de prise en charge pour troubles anxieux a été observée chez les femmes et de 3,7 % chez les hommes. Les augmentations de ces taux concernaient les réactions à un facteur de stress important et troubles de l’adaptation ainsi que les troubles anxieux autres que phobiques, tandis que les troubles phobiques, troubles obsessionnels compulsifs (TOC) et troubles somatoformes étaient stables dans le temps. 

En 2014, le taux de prise en charge était de 670,3 pour 100 000 personnes (780,0 chez les femmes et 553,5 chez les hommes). Plus de la moitié des patients pris en charge pour troubles anxieux présentaient des réactions à un facteur de stress important et troubles de l’adaptation. Quelle que soit la pathologie anxieuse étudiée, à l’exception des TOC qui concernaient autant les deux sexes, les femmes étaient plus souvent prises en charge que les hommes, avec un pic chez les jeunes filles de 15-19 ans. 

Chez les hommes comme chez les femmes, des taux de prise en charge pour troubles anxieux supérieurs de 20 % au taux national ont été observés dans les régions du nord de la France (Bretagne, Normandie, Hauts-de-France et Grand Est).

Taux de patients pris en charge pour l'ensemble des troubles anxieux dans les établissements ayant une activité autorisée en psychiatrie en France métropolitaine entre 2010 et 2014, selon le sexe
Taux de patients pris en charge pour l'ensemble des troubles anxieux dans les établissements ayant une activité autorisée en psychiatrie en France métropolitaine entre 2010 et 2014, selon le sexe
Taux standardisés (pour 100 000) de patients pris en charge pour troubles anxieux en 2014 dans les établissement ayan une activité autorisée en psychiatrie en France métropolitaine, selon la région et le sexe
Taux standardisés (pour 100 000) de patients pris en charge pour troubles anxieux en 2014 dans les établissement ayan une activité autorisée en psychiatrie en France métropolitaine, selon la région et le sexe

Souffrance psychique liée à l'activité professionnelle