Ouragan Irma et Maria : la mobilisation continue avec plus de 300 réservistes pour renforcer les équipes sur place

Depuis le 6 septembre 2017 et le passage des ouragans Irma et Maria aux Antilles françaises, les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy sont particulièrement touchées. Santé publique France s’est mobilisée afin de renforcer et d’aider les équipes sur place pour faire face aux conséquences sur la population, les habitations, les réseaux d’eau et d’électricité ainsi que les structures sanitaires.

La mobilisation de Santé publique France se traduit par l’acheminement sur les zones impactées de réservistes sanitaires, de produits de santé et de matériel biomédical d’en assurer la coordination ainsi que la mobilisation de la cellule d’intervention en région (Cire) sur la partie épidémiologique. Depuis le 6 septembre 2017, plusieurs équipes composées de professionnels spécialisés se relaient et se sont au total plus de trois cent réservistes, répartis entre Saint-Barthélemy, Saint-Martin et la Martinique, qui se succèdent sur le terrain.

Sous la houlette d’un ou plusieurs coordonnateurs, les équipes se relaient dans différentes zones touchées et apportent une aide spécifique en fonction des besoins identifiées par la première équipe de reconnaissance. Les effectifs déployés sont ainsi répartis entre : des médecins (urgentistes, anesthésistes, généralistes), des assistants de régulation médicale, des chirurgiens, des infirmiers, des logisticiens, un spécialiste des télécommunications, psychiatre, psychologues, pharmaciens, préparateurs en pharmacie des épidémiologistes et directeur d’hôpitaux, etc.

Une aide terrain réadaptée en fonction des besoins

En Guadeloupe, l’ensemble des établissements de santé et médico-sociaux sont à présent réalimentés en eau. A Saint-Martin, l’hôpital ainsi que deux dispensaires armés par des médecins et infirmiers de la réserve sanitaire sont opérationnels. Des équipes mobiles sanitaires interviennent désormais dans les quartiers les plus éloignés afin d’apporter une assistance aux populations vulnérables. Cinq centres d’hébergement mis en place avant le passage du cyclone Irma et accueillant des personnes fragilisés et sans hébergement ont été visités et une prise en charge médicale est en cours pour certaines d’entre elles.

A partir de début octobre, un renfort de l’offre médico-psychologique déjà présente sur le terrain (psychiatres, psychologues et infirmiers du secteur psychiatrique) va être mis en place pour trois mois.

Le bilan de l’état de santé de la population

Un bilan de l’état de la santé de la population de Saint-Martin et Saint-Barthélemy avant le passage de l’Ouragan est par ailleurs effectué par Santé publique France. Les données seront récoltées via la Cire à partir du réseau de surveillance de l’agence (Sursaud, laboratoires, réseau sentinelle, etc.).

Afin de consigner les résultats de la surveillance sanitaire mise en place, un point épidémiologique spécial Ouragan est établi chaque semaine. Son objectif est de présenter l’évolution de l’impact sanitaire observé suite au passage des ouragans Irma et Maria à partir des sources de données disponibles et également de détecter précocement les épidémies potentielles au sein de la population. Santé publique France établit également une cartographie de risques sanitaires potentiels issus du passage de l’Ouragan Irma.

Consulter le point épidémiologique 'spécial ouragan'

Prévention

Document disponible sur le site de l’Agence régionale de santé Martinique : https://www.martinique.ars.sante.fr/recommandations-sanitaires-irma

Recommandations sanitaires :

  • L’eau du robinet après un tel phénomène climatique n’est pas potable. Ne consommez que de l’eau embouteillée. Si vous n’en avez pas, faites bouillir de l’eau claire pendant 5 minutes en la couvrant pour son utilisation à des fins alimentaires.
  • Se laver fréquemment les mains surtout quand on porte un aliment à la bouche (eau et savon), faites bien cuire les aliments, lavez les fruits.
  • Porter des vêtements longs et couvrants pour éviter d’être blessé, d’être piqué par les moustiques, utilisez des répulsifs.
  • Lors de vos travaux de nettoyage, de déblayage, porter des gants et des bottes.
  • Vérifiez vos carnets de vaccination, consultez un professionnel de santé si vous ne le savez pas ou si vous pensez ne pas être à jour de vos vaccinations.

En savoir plus :