Journée nationale de lutte contre les hépatites B et C - 25 mai 2016

A l’occasion de la journée nationale de lutte contre les hépatites B et C, Santé publique France a publié un bulletin épidémiologique hebdomadaire consacré aux hépatites, ainsi qu’une mise à jour des données épidémiologiques nationales et régionales.

Chiffres clés

Les dernières données montrent que :

  • Le nombre de personnes porteuses d’une hépatite C chronique en France tend à diminuer (nombre estimé à 192 000 personnes pour l’année 2011, soit 0,42 % de la population générale métropolitaine).
  • Pour l’hépatite B, si le nombre de nouveaux cas diagnostiqués est faible, près de 80% des cas relevaient d’une indication vaccinale et auraient donc pu être évités par la vaccination. Cette vaccination reste cependant insuffisante, notamment chez les adolescents.
  • Le dépistage des hépatites B et C a augmenté au cours du temps, il s’avère cependant insuffisamment ciblé.
  • Les hommes de 18 à 59 ans représentent près de la moitié des personnes non diagnostiquées en 2014. Ces résultats ont conduit à l’élaboration, dans le cadre du rapport sur la prise en charge des personnes infectées par les virus des hépatites B ou C, d’une préconisation consistant à proposer au moins une fois au cours de la vie un dépistage simultané VHC, VHB et VIH aux hommes de cette tranche d’âge.

Rappels de la maladie

Les virus des hépatites B (VHB) et C (VHC) sont des virus transmis par le sang contaminé, soit par contact direct, soit par l’intermédiaire d’un objet contaminé. Le VHB est également transmis par voie sexuelle (mode de contamination principal en France) et de la mère à l’enfant. Les hépatites B et C représentent un problème de santé publique majeur du fait de la gravité potentielle de ces infections qui peuvent évoluer vers une cirrhose et/ou un carcinome hépatocellulaire, du nombre de personnes infectées et du coût engendré par leur prise en charge. Les nouveaux traitements antiviraux permettent désormais la guérison des personnes infectées par le VHC, ce qui n’est pas encore le cas pour le VHB.
La France est un pays de faible endémicité pour le VHB et pour le VHC.
Dans le monde, les régions les plus touchées sont :

  • l’Afrique et l’Asie centrale et orientale pour l’hépatite C ;
  • l’Afrique subsaharienne et l’est de l’Asie pour l’hépatite B.