Journée mondiale de lutte contre le sida, 1er décembre 2017

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida du 1er décembre 2017, Santé publique France publie les données actualisées 2016 des infections par le VIH et les infections sexuellement transmissibles bactériennes en France. Par ailleurs, le ministère des Solidarités et de la Santé et Santé publique France lancent une nouvelle campagne de prévention auprès de la population générale et des populations les plus exposées pour valoriser l’offre de dépistage.

Points clés à retenir pour l’année 2016 :

  • 5,4 millions de sérologies VIH ont été réalisées par les laboratoires de biologie médicale
  • 56 300 tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) ont été réalisés dans le cadre du dépistage communautaire
  • 75 000 autotests ont été vendus en pharmacie
  • Environ 6 000 personnes ont découvert leur séropositivité VIH, dont plus d’un quart à un stade avancé de l’infection
  • 2 600 hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (HSH) ont découvert leur séropositivité, un nombre qui ne diminue pas
  • 3 200 hétérosexuels ont découvert leur séropositivité, un nombre qui continue de baisser surtout chez les hommes
  • Les HSH et les hétérosexuels nés à l’étranger (principalement en Afrique subsaharienne) restent les deux populations les plus touchées
  • Le dépistage du VIH doit être intensifié dans les populations les plus exposées au VIH afin de réduire la proportion de personnes qui ignorent leur séropositivité et leur permettre de bénéficier d’un traitement antirétroviral
  • La progression des infections à gonocoque et des infections ano-rectales à Chlamydia se poursuit chez les HSH

En savoir plus :

‘Les modes de dépistage du VIH s’adaptent à votre vie’ : la nouvelle campagne de prévention 2017 pour valoriser l’offre de dépistage

Le ministère des Solidarités et de la Santé et Santé publique France lancent une campagne de prévention pour valoriser les différents modes de dépistage. L’objectif est de lever des barrières d’ordre psychologique telles que le stress lié à l’attente des résultats ou la crainte d’être stigmatisé et des barrières d’organisation du quotidien telles que la difficulté à trouver du temps ou obtenir un rendez-vous.

La campagne s’adresse à tous, comme aux populations les plus exposées au VIH. Elle est déclinée en digital du 30 novembre au 20 décembre 2017 et en affichage publicitaire du 30 novembre au 17 décembre 2017.

Campagne d’affichage : 5 visuels représentatifs des populations cibles dans leur quotidien pour mettre en avant les points positifs de chaque technique de dépistage

Portrait de François Bourdillon, directeur général de Santé publique France

« Plus on connaît tôt son statut sérologique, plus le bénéfice est grand. Le bénéfice est individuel mais aussi collectif car le risque de transmettre le VIH à un partenaire pour une personne traitée avec une charge virale indétectable est quasi nul. Mais la seule façon de connaître son statut sérologique, c’est le dépistage. C’est un outil de prévention majeur pour contrôler l’épidémie. Aujourd’hui, l’offre de dépistage est variée et s’adapte aux besoins de chacun. Cependant, elle reste méconnue. »

François Bourdillon, directeur général de Santé publique France

Voir aussi :