Grippe : l'épidémie se poursuit

L’épidémie de grippe touche l’ensemble du territoire métropolitain et certains départements d’outre-mer. Toutefois, le pic d’activité en métropole n’est probablement pas encore atteint. Santé publique France publie dans son bulletin hebdomadaire les derniers chiffres disponibles qui permettent de suivre l’évolution du nombre de personnes touchées par la grippe.

Toutes les régions sont en phase épidémique

L’épidémie de grippe se poursuit sur l’ensemble du territoire. Tous les indicateurs de l'activité grippale sont en augmentation (consultations chez les médecins généralistes, passages aux urgences, hospitalisations...), alors que l'épidémie s'était déjà généralisée à toutes les régions la semaine précédente.
Cette épidémie est majoritairement due aux virus A(H3N2) et A(H1N1)pdm09. Par ailleurs, chez l’ensemble des personnes à risque, les premières estimations de l’efficacité vaccinale indiquent une efficacité modérée contre le virus A(H1N1)pdm09 et faible contre le virus A(H3N2).
On note également une forte augmentation des passages aux urgences et hospitalisations pour grippe. Parmi plus de douze mille patients qui se sont présentés aux urgences pour grippe la semaine dernière,  plus de 1 800 ont été hospitalisés (+70% par rapport à la semaine précédente).

Santé publique France analyse chaque semaine les données issues de son réseau de partenaires, tant au niveau national que régional. L’analyse épidémiologique contribue, avec les données virologiques, au classement des régions et de la métropole selon trois niveaux : l’absence d’épidémie grippale, la phase de pré (ou post) épidémie, et la phase d’épidémie.

Un excès de mortalité toutes causes et tous âges confondus

Un excès de mortalité toutes causes et tous âges confondus est observé sur les 4 premières semaines de janvier. Entre les semaines 01 à 03 (semaines pour lesquelles les données de mortalité toutes causes sont pré-consolidées), cet excès est estimé à 8% soit près de 3 000 décès, et concerne principalement les personnes âgées de 85 ans ou plus, et dans une moindre mesure les 15-64 ans.
Parallèlement, les premières estimations sur le nombre de décès attribuables à la grippe depuis le début de la surveillance (octobre 2018) et jusqu’en semaine 03, indiquent qu’environ 1 100 décès seraient liés à la grippe.

En savoir plus sur l’évolution de la mortalité

Les bons gestes pour se protéger de la grippe

La vaccination est recommandée pour les personnes à risque et représente la meilleure façon de se protéger de la grippe et de ses complications. Mais un délai de 15 jours après l’injection est nécessaire pour être correctement protégé. Ainsi, des gestes simples, qui concernent l’ensemble de la population, doivent être adoptés pour réduire la transmission de la grippe :

  • se laver fréquemment les mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydroalcoolique ;
  • éternuer dans son coude (plutôt que dans ses mains) ;
  • utiliser un mouchoir à usage unique ;
  • porter un masque jetable quand on présente un syndrome grippal, en particulier au contact des personnes fragiles (personnes âgées, immunodéprimées, jeunes enfants, femmes enceintes).

La prévention est essentielle pour réduire la propagation des virus de l’hiver, dont celui de la grippe saisonnière. Ces virus se transmettent facilement par la toux, les éternuements, les postillons et la salive de personnes infectées, par le contact direct des mains d’une personne infectée à une autre, par le contact d’objets contaminés par une personne malade mais aussi par l’air, surtout lorsqu’une personne malade occupe une pièce fermée (chambre, salle d’attente, bureau etc.). La grippe reste la maladie infectieuse qui a l’impact le plus important sur le recours au soin et la mortalité en France.

Pour en savoir plus sur les gestes de prévention : www.solidarites-sante.gouv.fr