Grippe : l'épidémie est en phase descendante

L’activité grippale est en diminution mais l’ensemble des régions métropolitaines restent cependant en phase épidémique. Santé publique France publie dans son bulletin hebdomadaire les derniers chiffres disponibles qui permettent de suivre l’évolution de l’épidémie de grippe.

L'ensemble des régions restent en phase épidémique en métropole

Depuis le début de l’épidémie, 1,8 million de personnes ont consulté pour syndrome grippal. Le pic a été atteint en médecine ambulatoire en semaine 3 et l’activité grippale diminue dans toutes les régions métropolitaines. Cette épidémie, due au virus A(H3N2) (99 %), est particulièrement sévère chez les personnes âgées. Pour autant, depuis le début de l’année, les nombres de passages en médecine ambulatoire et hospitalière sont en forte diminution chez les personnes de 65 ans et plus, tout comme le nombre hebdomadaire de foyers d’infections respiratoires aigus dans les collectivités pour personnes âgées. Une vigilance particulière reste à maintenir dans ces collectivités.

Depuis le 1er novembre 2016, 1 190 cas graves de grippe ont été signalés à Santé publique France.

Au niveau des départements d’outre-mer, l’épidémie est en phase décroissante en Martinique et en semble reprendre en Guadeloupe. En Guyane, l’épidémie se poursuit en médecine ambulatoire et reste faible en milieu hospitalier.

Un excès de mortalité toutes causes chez les personnes âgées

Une hausse de la mortalité toutes causes confondues est observée au niveau national depuis mi-décembre 2016. Cette hausse concerne quasi-exclusivement les personnes âgées de 65 ans et plus. Depuis le début de l’épidémie, le nombre de décès en excès toutes causes confondues est estimé à 14 300 sans que la part attribuable à la grippe puisse actuellement être estimée.

Taux de consultations pour syndrome grippal - Semaine 5

Santé publique France analyse chaque semaine les données issues de son réseau de partenaires, tant au niveau national que régional.

Les bons gestes pour se protéger de la grippe

Des mesures d’hygiène simples (limitation des contacts, se laver les mains régulièrement, se couvrir la bouche et le nez quand on tousse ou éternue, utiliser des mouchoirs en papier à usage unique) contribuent à limiter la transmission de cette maladie qui se propage très rapidement de personne à personne. Cependant, la vaccination reste le meilleur moyen de prévention pour se protéger contre la grippe, en limiter les complications et le risque d’hospitalisation. Il faut attendre 15 jours après l’injection pour que le vaccin protège et ceux qui ne se sont pas fait vacciner avant l’épidémie prennent le risque d’être infecté avant d’être protégé.

Un traitement antiviral précoce est recommandé chez les sujets à risque aux premiers signes de grippe ou après qu’ils aient eu un contact proche avec un cas de grippe.