Canicules : effets sur la mortalité en France métropolitaine de 1970 à 2013, et focus sur les étés 2006 et 2015

Santé publique France publie deux nouveaux rapports : le premier traite de l’exposition de la population aux canicules et de ses répercussions sur la mortalité entre 1970 et 2013; le deuxième évalue la surmortalité pendant les canicules des étés 2006 et 2015.

La mortalité et le recours aux soins augmentent quand il fait chaud.  Des températures très extrêmes, comme celles rencontrées pendant les vagues de chaleur, peuvent se traduire à une surmortalité rapide et très importante. C’est ce qui est arrivé en août 2003 où une surmortalité d’environ 15 000 décès a été observée. Le plan national canicule (PNC) a été mis en place puis en 2004, le système d’alerte canicule et santé (Sacs) a été construit par Météo-France et Santé publique France. Tous deux permettent d’anticiper les vagues de chaleur et de réduire leurs conséquences en mobilisant tout le pays en cas de chaleur intense (vigilance orange ou rouge).

Évolution depuis 1970

L’étude « Évolutions de l’exposition aux canicules et de la mortalité associée en France métropolitaine entre 1970 et 2013 » a recensé l’ensemble des canicules survenues en métropole dans les 40 dernières années, en utilisant rétrospectivement l’approche du système d’alerte canicule et santé.
Les résultats soulignent une augmentation nette du nombre de canicules et de la population exposée au fil des décennies. Au niveau national, la taille de la population exposée à au moins une canicule par an a doublé entre la décennie 1974-1983 et la décennie 2004-2013. Avant la mise en œuvre du plan canicule en 2004, on observait en moyenne 18 canicules départementales par an. Depuis 2004, on en observe en moyenne 40 par an.

Près de 32 000 décès en excès sont observés sur l’ensemble des 921 canicules identifiées entre 1974 et 2013, dont la moitié en 2003 qui demeure sans aucun équivalent historique.

Les bilans annuels du système d’alerte canicule et santé permettent de compléter la série pour les années les plus récentes. Les années 2015, 2016, 2017 et 2018 ont été marquées par des canicules conséquentes totalisant près de 4 000 décès en excès.

Canicules et santé - Effet de la chaleur sur la mortalité en France de 1970 à nos jours

Focus sur les étés 2006 et 2015

L’étude « Évaluation de la surmortalité pendant les canicules des étés 2006 et 2015 en France métropolitaine » produit une évaluation détaillée de la surmortalité observée pendant les canicules de 2006 et 2015 (par sexe, âge et département) en utilisant la même méthode et à partir des données exhaustives de décès fournies par l’Insee. En 2006, on observe une augmentation de 10 % de la mortalité pendant les canicules. En 2015, l’augmentation est de 17%. Quel que soit le sexe, cet excès de décès s’observe principalement dans les classes d’âge élevées, et ce, à partir de 45 ans.

Pourquoi et comment s’adapter aux canicules ?

Les augmentations observées des canicules sont cohérentes avec les évolutions attendues dans un contexte de changement climatique. Il faut s’attendre à avoir de plus en plus d’épisodes de ce type (ou bien d’épisodes de fortes chaleurs). Ceci souligne l’importance d’évaluer les mesures de prévention existantes, et de les inscrire dans une démarche large d’adaptation au changement climatique, fondée sur des alertes et sur de la prévention de fond (formation, réduction de l’îlot de chaleur urbain, amélioration du confort thermique…). L’adoption par tous de comportements simples et prudents, et d’attitudes solidaires notamment entre les générations est centrale dans la prévention. L’ensemble de ces éléments ainsi qu’une frise chronologique des canicules en France métropolitaine depuis 2003 font l’objet de la synthèse grand public « S’adapter à la chaleur dans un contexte de changement climatique », mise à jour en avril 2019.

Encadré – Accédez aux indicateurs en lien avec la chaleur depuis 1974 dans Géodes

Les indicateurs annuels en lien avec la chaleur sont consultables et exportables sur Géodes, l’observatoire cartographique de Santé publique France :

  • degrés cumulés au-dessus des seuils pendant les périodes de canicule ;
  • augmentation de la mortalité observée pendant les périodes de canicule : nombre, proportion et taux de décès en excès.

Tous ces indicateurs sont disponibles par département et par année de 1974 à 2018.

En image : Cartographie par département de deux indicateurs lors de la canicule de 2003 : excès de mortalité et température au-dessus des seuils

Cartographie par département de deux indicateurs lors de la canicule de 2003 : excès de mortalité et température au-dessus des seuils

Géodes (Géo données épidémiologiques de santé) présente sous forme de cartes plus de 300 indicateurs construits par Santé publique France issus de nombreuses sources : données médico-administratives, enquêtes en santé, systèmes de surveillance, données des registres...

Classés en pathologies ou en déterminants de santé, la plupart des indicateurs sont produits annuellement, certains avec un historique de plusieurs décennies. Pour les indicateurs venant des données de passages aux urgences et des consultations SOS Médecins, l’actualisation est hebdomadaire.

Géodes est accessible à tous et offre de nombreuses fonctionnalités : consulter l’indicateur concernant une maladie ou un déterminant de santé pour un département ou pour une région sous forme de cartes ; analyser l’évolution des indicateurs dans le temps ; imprimer et partager des cartes, des tableaux et des fiches de synthèse...

Des tutoriels sont disponibles sur la page d’accueil.

Pour en savoir plus :

Évolutions de l’exposition aux canicules et de la mortalité associée en France métropolitaine entre 1970 et 2013. Rapport.

Évaluation de la surmortalité pendant les canicules des étés 2006 et 2015 en France métropolitaine. Rapport.

S’adapter à la chaleur dans un contexte de changement climatique, 2nde édition. Santé publique France. Avril 2019. Synthèse.

Dossier Impacts sanitaires du changement climatique

Conseils et outils de prévention

La carte de vigilance Météo-France permet de s’informer deux fois par jour de l’évolution des températures :